Immemor Cantuum    

 

Ploratur in corde

Ut in urbe pluit ;

Quod malum crudele

Remanet in corde ?

 

Susurrat ill(e) imber

In viis, in tectis ;

Animus est aeger ;

Quid cantitat imber ?

 

Plango sine causa

In corde discorde ;

Nulla perfidia :

Premor sine causa.

Est maximus dolor

Si nescio quare

-Non odi, non amor,-

Tantus sit mi dolor.

Ariettes oubliées

 

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

 

O bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s’ennuie,

O le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s’écœure.

Quoi ? Nulle trahison.

Ce deuil est sans raison.

 

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi,

Sans amour et sans haine,

Mon cœur a tant de peine.

Paul Verlaine (1844 – 1895), Romances sans paroles (1874).

(Paul Verlaine in secunda undevicesimi saeculi parte vixit ; vita ejus pertubata est, partita inter studium omnium voluptatum etiam deterrimarum et conatus ad majorem sapientiam. In carminibus suis aliquam maestitam et angorem exprimit per canoros versus.)

© Cercle Latin de Provence 2016

  • Google+ Clean
  • Twitter Clean
  • facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now