SANTO-CROUS

À MA BRAVO SORRE TOUNETO

 

Uno Flour

 

Touneto, gènto e brave sorre, es iéu. Diéu te lou doune, mignoto. Vène t’adurre un pichot presènt. Ames li flour : n’as acampa toustèms pèr li metre i pèd de ta Virge de gip. Tè, ve-n’eici uno. Es, pecaire ! passido, e grosso tout bèu-just coume un gran de toun capelet. Vas crèire qu’eiçò n’èi pas segur quaucarèn de requist, e pau vai t’enchaure de ma douno. Ah ! ma sorre, se sabiés coume èro poulido e escarrabihado sus sous pecou, ma floureto, quand te la culiguère, i aura deman vue jour !... Oh ! ve, l’atrouvaras bello que-noun-sai, la boutaras dins ti souro, e la counservaras coume un relicle, quand saupras que l’ai saussado en pregant Diéu, dins l’aigo-signado, amount, apereilamount dins li nivo, au pèd d’une crous ; quand saupras peréu, ma Touneto, qu’ai agu, pos me crèire, proun peno pèr te l’ana querre !...

 

Mount-Ventour

 

- Dins li nivo ? Que me dises aqui ? Sarasdounctouto ta vido un galejaire ?

- O, dins li nivo. Escouto-me, Touneto, moun sang ! Viro-te de-vers la Crau : tè, qu’es acò que bluiejo, eilalinliuen, e qu’es aut, qu’es dins li niéu, e qu’eiça par Sant-Simoun, bessai avant, metra sa courouno trelusènto, sa bello courouno de nèu ?

- Es Mount-Ventour.

- Eh ben ! ma chato, èi sus sous cresten que t’ai culi aquestocflour… Acò t’estouno ? Eh bèn ! iéu eiçò vole te counta de fièu en courduro e pan pèr pan. Siéu segur que mouncparaulis t’agradara, coume t’agradon la Ferigoulo e li Capelan. Fasen coume Mèste Nourat : anen plan e acampen bèn. Li camin soun forço escalabrous : s’anavian trop vite, veses, ma bravo chato, pourian nous roumpre lis esquino. Dounc que, pèr bèn acaba, fau bèn entamena.

 

Moussu lou Curat de Bedouin

 

    I’a, i pèd de noste Mont-Ventour, un galant vilage que iédison Bedouin, e qu’èi quiha sus uno colo coume un aucèu sus uno mouto. Es pas necite de te faire ploura en te countant qu’après 89, li bourrèu aguèron  à Bedouin…, e que tant de bràvi gènt, martirei émoriguèron ! Es pas necite de te faire ausi de crid d’espavant, de te faire vèire de cadabre à mouloun, uno glèiso que petardon e que s’aclapo ; lou negre nivo de fum que mounto, mounto, e s’espandis sus d’oustau que flamejon, cracinon e s’arrason ; es pas necite : n’auriés, ma Touneto, de mourimen de cor !... Mai fau te dire que, moun Diéu vous rènde gràci ! li loup ié soun plus tourna dempièi ; que, dempièi lou pargue s’espau à pau refa ; que l’avé n’a fa que crèisse e embeli, e qu’à l’ouro d’iuei, a lou bonur d’avé lou meiour di pastre. Moussu Ville es bèn segur un Curat d’elèi, qu’a lou cor sus la man, un sant ome d’autre-tèms qu’a rèn de siéu, bon coume lou pan, e que, un d’aquésti vèspre passa, me venguè coume acò :

- Roumanille, es pas que noun sachés que, lou 14, es fèsto eiçamoundaut, e qu’anan à Santo-Crous planta la crous de moun Jubilèu. Se voulias veni, grand gau me farias. Boutarias pièi tout acò dins li papié.

- Sias trop bon, Moussu lou Capelan. E quouro partès ?

- Dimenche, apereiça  vers miejo-niue.

- Vai bèn… Se Diéu me presto vido e santa, Dimenche me signarai e dirai un Pater i pèd de vosto crous…

Vaqui ço qu’èi, sorre. E partiguerian lou dissate, iéu emé lou musicaire Francés Seguin, que vai restaura Saboly.

[…]

ROUMANILLE EPISTULA AD SOROREM

 

DE ASCENSU IN VINTUR MONTEM

 

 

Flos quidam

 

Antonina, grata bonaque soror, ego adsum. Deus te salutet, cara. Tibi parvum donum affero. Flores amas : semper eos vectitas quos deponas ad pedes   Virginis tuae e gypso. Tene, ecce unus. Marcidus, miser ! est nec major quam granum rosarii tui. Credes id certe non esse aliquid exquisitum et parum habebis donummeum. A ! soror mea, si modo scires quam esset pulcher nitidusque in pedunculosuo, flosculus meus, ubi eumtibi legi, abhinc octavo die cras !... O ! age, quam maxime pulchrum eum judicabis, in missale tuum inseres, velutque sacras reliquias servabis, ubi eum comperies a me tinctum esse,dum Deum oro,in benedicta aqua, ab alto, ab excelso in nubibus, ad  ; ubiquoquecomperies, Antonina mea, mi crede, me multum laborasse ut eum tibi peterem !...

 

Mons Vintur

 

- In nubibus ? Quid hic mihi dicis ?...Ergo omne aev umeris jocista ?

- Ita est, in nubibus. Audi, Antonina, sanguis mi ! Cervices verte ad Campum  Aridum versus : vide, quid illuc fit caeruleum,illic procul, editum et in nubilis et circa Beati Simonis diem, antea forte, induens splendidam coronam, pulchram nivis coronam ?

- Est Vintur Mons.

- Quidnam, filiola mea, in ipso culmine ejus illum florem tibi legi… Miraris ? Age ! ego tibi ordine et singillatim id narrare cupio. Certus aut emscio sermonem meum tibi placiturum esse, sicut tibi placent Thymum et Capellanus. Ut Dominus Nuratus agamus : lente incedamus et colligamus bene. Viaes unt maxime abruptae : si nimis properemus, vides, filiola mea, solo caputimpingerepossimus. Itaque, ut bene conficiamus, bene est incipiendum.

 

Dominus PrebyterBeduensis

 

Est in radiceVinturisMontisnostriamoenusvicusnuncupatusBeduinus, erectus in colle sicut passer in gleba. Non oportetlacrimas tuas excitemtibinarrandocarnificibus post annumoctogesimumnonumBeduinioperammagnam fuisse… totquebonos cives marturesibi esse mortuos ! Non oportetaudiasclangores e terroreacervataquecorporavideas, ecclesiambombisverberatam et corruentem ; atramfuminubemquaeascenditascendensque manat in domos accensas et crepitantes a fundamentisprorutas ; non oportet, esses enimcordolens ! Sed tibidicendum est, Deo gratiasago ! lupos non jam abhincrediissesaeptumqueabhincpaulatimrefectam essegregemqueopulentioremcrevisse, et hodieoptimopastorefelicitervalere. Nam Dominus Ville scilicetdelectus est presbyter, benignus, homo sanctus priscaeaetatis qui nihil propriumhabet, tam bonus quampanis, idemquequodamsuperiore vespereadivitmihiquehaec dixit :

- Roumanille, certumscis quarto decimo dieillic in excelso esse festumnosque ad SanctamCrucemituros esse fixumcrucemjubilaeimei. Si venirevelis, mihivaldegratificeris. Deindehaecomnia in chartam mandes.

- Nimis es benignus, Domine Capellane. At quando in viam vos dabitis ?

- Dominico die circa mediamnoctem.

- Optime… Si Deus mi dat vitam salutemque, Dominico die me signabo et Patremnostrumdicamsubpedecrucistuae.

Itasuntilla, soror. Et eramusprofecturiSaturni die, ego cum musico Francesco Seguin, qui mox reficit Saboly.

[…]

 

Beduensisecclesia

 

Li Bouito e li miòu

 

[…] Miejo-niue sono ; la campano es à brand, li bouito peton pèr reviha li pelerin. Ah ! n’avian, pecaire ! pas de besoun. Saute au sòu dóu lié, m’embraie… Atrouvan, davansloulindau de la Clastro, noste mounde alesti, o que s’alestissié, tóutiloubastounà la man, la biasso sus l’esquino e la coucourdo sus l’anco. Quau vai, quau vèn.

- Anen, d’aut ! Nanoun, bouleguen nous.

- Ohè ! Jan, Glàudi, Francés, Trefume, parten.

- Ounte siés, l’Avani ?...

E li mai pressa se bouton proumié. De miòuesperon, lou sa de fen sus la bardo : n’i’a un pèr lou Grand-Vicàri, un pèr Moussu lou Curat, un pèr Moussu lou Maire, un pèrloubràvis abat, que moutaran un pau chascun ; un pèr Seguin… T’esmòugues pas, sorre, n’i a un pèr toun fraire, qu’a d’agacin : lou miéu es aquéu grand gimèrri, aut coume uno tourre, e qu’es emé lou que carreja dins sis ensàrri li viéure emé li candelié de l’autar.

Eh bèn ! malan de sort ! fau l’encamba aquesto bèsti !

 

Moun Miòu

 

Iéu que, dins ma vido, à chivau ai jamai mounta que sus uno cano, e, pièi, sus un ase testard… coume un ase, que tantreguignè, loudemòni ! que me plantèeilacoume un pan móusi, fau qu’escale aquelo bèsti !... Ai ! ai ! ai ! sorre Touneto, es eici que sian ! Grand-Vicàri, Curat, Maire, abat… sountóutiescambarla : escambarlen-nous. Siéu pas pèr acò tant pichot : pamens aquelo esquino de miòu èro eilamoundaut, tant aut que s’ausèsse, mandavequerreuno escalo !... Basto ! faguère tant di pèd, di geinoun e di man, tant m’aubourère, m’estirère tant que, finalamen, gounfle coume un perus, trevira e tout coulant, sieguère, pèd sus l’estriéu, d’assetoun sus ma bèsti coume une mounino sus la gibo d’un camèu.

 

Ja ! I !

 

Es pas lou tout de i’èstremounta, fau aro ié faire bono countenènço. Lou Grand- Vicàricaminodavans : louseguissèn. Ja ! i ! Ère sus lou mitan de la rengueirado. Brandouiave mai sus ma bardo qu’uno sounaio au còu d’un menoun. I’anaras ? i’anaras pas ?... Tèn-tebèn, Jóusè ! anèsses pas t’ensuca ! as encaro tant de vers e tant de proso à faire ! E balin ! e balant !... E, subre lou marcat, loucaminanavoforço en davalado, e pas poussible, sorre, de bouta la mecanico ! Couquin de canèu !... Aquelo bardo èro segur bourrado emé de meseioun de pessègue ! Èro quaucarèn de tant ample que, jamai de ma vido de mi jour, aviéuvist mi boutèu tant liuen l’un de l’autre ! T’esbarjaras ? t’esbarjaras pas ? I’a’nDiéupèr lis embriago : n’i’a peréu un pèr lis aprendis cavalié. Ja ! i !... E dire que faudra resta’qui, li camboescarcaiado, belèu sièis bèllis ouro de reloge ! E dire que manjancoumeacònoste bon pan proumié ! Que purgatòri, sorre Touneto !...

Quand toun fraire èro ansin, paure paciènt e tout esmougu sus sa bèsti, tu, ma bravo chato, dourmiés ta somsereno coume la som d’un enfant ; toun bon ange bessai te parlavo de iéu ; e quand renave e reboulisiéu, en pantaiant tu risiés.

 

Ignesfesti et Mulus meus

[…] Pulsatur media nox ;campanaplena voce resonat, ignesfestidetonant ad viatoresexcitandos. A, certe, non erat nobis opus. Salio de lecto, bracasinduo… Anteclaustrilimenoccurrimusamicisnostrisparatis aut qui se parant, universitenentesbacula, bisacciumferentes in humerumlagoenamque in coxa. Hi eunt, illiveniunt.

- Eamus, euge ! Anna, moveamur !

- Heus, Johannes, Calude, Francisce, Trophime, abeamus.

- Ubi es,Exilis ?

Magisproperiprocedunt. Muli exspectantfenisaccum in sellaferentes : alius est MagnoVicario, alius Domino Presbytero, alius Domino ViciMajori, aliusduobus bonis abbatibus, qui alternisvicibusequitabunt, alius Seguin… Ne commovearis, soror, alius est fratrituo qui obclavosdolet : meus est illudprocerumjumentum, tamelatumquamturris, comesejus quod in fisciscommeatusatquecandelabrum ad altareportat.

Eiavero ! malumcasum ! conscendenda est istabelua !

 

De mulomeo

 

Mihiautem qui per omneaetatistempusnullumequumunquamascendinisiarundinem et posteaasinumpervicacem ut… asinus, qui tamcalcitrabat, carnifex ! ut in medio me deserueritsicutmuciduspanis, mihi est necesseistambestiamscandere !... Oi ! oiei ! Antonina soror, ecce nos ! Magnus Vicarius, Presbyter, Vici Major, abbates, ceteri in equissedent : sidamus ergo. Non tamenadeobrevissum ; sedistudmulidorsumtamexcelsum, tamaltum erat ut, si auderem, scalas peterem !... Ne multa ! Tantumlaboravi pedibus et genibus et manibus, tantumsurrexitantumque me extendi ut denique, confectisviribus, conturbatus et sudorefluens, cum pede in stapis, in jumentomeoequitavisicutsimia in cameligibbo.

 

Age ! I !

 

Non est satis ascendisse, nunc oportetpulcherrimestare. Magnus autemVicariusantecedit : eumsequimur. Age ! i ! In medio agmineeram. In sellamagisvacillabamquamtintinabulum in arietiscollo. Utrumprocederes ? Annon ?... Firmiter consiste, Joseph ! nolicontusionemaccipere ! tot versus totqueprosaetibisuntampliusscribenda ! In dexterum et in sinistrumlatus !… Et insupervalde descendit via nec possumus, soror, frenaducere ! Mehercule !... Ista sella certopersicorumnucleis erat farta ! Tam lata erat ut numquam in totavita mea surasmeastantum distantes inter easvidissem ! Corrues an non ? Est Deus quidam ebriis : est quoqueunustironibusequitibus. Age ! i ! Quid si dicammanendum esse, cum cruribusdistractis, fortasse per sexplenashoras ! Et nos itaprimumcuppediaedisse ! Qualiatormenta, Antonina soror !...

Tu autem, ut frater tuus sic versabatur, miser damnatus et permotus in jumento, bonafilia, te dabas somnoserenosicutpuerilissomnus ; fortassegeniustuus de me tecumloquebatur ; atque ut gemebameffervescebamque, tu in somnioridebas.

 

 

 

 

La Luno

 

Fasiéu pamens tout moun poussible pèr me i’acoustuma.

Mount-Ventour èro à nosto man gaucho, gris, sóuvertous e grand. Quàuqui fiò, pèr aqui, pèreila, iélusisiencoume d’estelloesbegudo que se podon tout-bèu-justdestriaamoundaut founs dins lou cèu vaste : èro de pelerin que s’èron mes davans, e que fasienfiòcoumepèr nous faire lingueto e nous dire : - Ié sias pancaro nimai d’encaro ! Que nounpartiaspulèu, e sarias arriba !... – Espinchave, inchaiènt, aquélipichot lume esmarra dins li nèblo de la mountagno, e revassejave. Li branco di roure que rescountravian de liuen en liuen sus noste camin, - qu’a prounbesoun d’èstredespeirega -, me tiravon, en me turtantlou front, de moun enchaiènçoe de mi pantai. Se sabiés, sorreTouneto, ço qu’arribè, i’abèn d’acò quàuquis-an ! à-n-un que iédisienAbsaloun, te diriéu que se n’aviéu pas agumouncapèu d’estamaire, me n’arribavosegur autant !... Ja ! i ! lou tran-tran de mounmiòu m’entetavo mens ; aviéulou cor un pau pu siau ; m’escarrabihave e cacalejave un pauquet. Tetère ma coucourdo, e ma pòu s’esvaliguè.

Nòstis abat disien : - Oh ! lou bèu cavalié qu’acò vai faire dins quàuquis an d’eici !... E moussu louCurat, qu’aviévist de près moun tremoulun de pòu, èro espanta e candi de me vèire sus ma bardo, tranquile e siau coume Batisto e fièr coume Artaban ! Fau te dire, sorre, qu’unofusadocelebrè ma valour, e faguèplòurepèriéu, ounour suprème ! l’or de si belugo e l’argènt de sis estello !... Enterin la luno, calèu que lou bon Diéu nous prestavo, fasié pas trop bèu lume, per-ço-que de nivo l’embourgnavo de tèms en tèms ; mai quand, de-fes, nous relucavo, desennevoulido, me semblavo que risié, la bravo luno, de vèire moun biais de bedouvin e moun atrencamen de Bóumian.

 

La Coumbo-Fiholo

 

- Acò, se plóuvié, disié Moussu lou Maire.

- Un jour plóuguè qu’èro nivo, fasiémounmulatié, en regardant loucèu, que s’ennevoulissié de mai en mai.

- Tant rebouli, disié l’abat, pèr ana belèu se trempa coume uno aigo-boulido !

- Que Sant que siegue, ora pro nobis, faguè la santofemo que pourtavodins safaudo quatre bouquet de pato pèr garni l’autar.

Vaqui ço que se disié, sorre, enterin, que cantavecoumeunoourgueno lou galant nouvè de l’ami Dau :

            D’ounte vèn que sias pèr camin

                        Tant bon matin ?

            De-que barrulas d’aquestoouro ?

Te dirai, sus acò, que ma musico fasiégau à moun miòu : sis auriho n’èronrequinquihado… bèn tant qu’aubourè lou nas en l’èr, durbiguè la barjo, e bramècoume un brau. Seguin diguè que fasian un duo superbe e qu’amavo mai louhi-ho de ma bèsti que li brau-braudisóuficleïdo. Finalamencantère tant que n’en fuguèregama. Beguèrealor un chicouloun, e siblère la Marsiheso… - Cante-la quau voudra ! iéu, l’ai toujoursiblado – Intraviandins la Coumbo-Fiholo…

Qu’es acò ? Uno grando e longo vau di pèd fin qu’à la caumo de la mountagno, bourdado de roucas aut, espeiandra, nus, de mourre fendescla, pounchu, e mounte lou carreiroun que meno à Santo-Crous barrulo d’eici, d’eila, fai la serp, mounto, davalo : un draiòu d’infer ! Entamenavian l’escalage : me signère. Lou Grand-Vicàri èro davans, e me semblavo i’ausi dire : Aquéu que me seguis noun camino dins la sournuro. Ço que fuguè, ma sorre : un gai ventoulet coussejè li nivo, que s’esvartèron ; la luno clarejè… Diguère à moun vesin l’abat :

- M’es avis, Moussu, que lis ange de Diéu nous amon.

- Coume ?

-Vesès pas que vènon de destarina lou cèu, pèr nous faire plesi, e de bouta d’òli à noste calèu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Combe Fiole. Filiola Convallis

 

Luna

 

Quam maxime tamen effeci ut assuescerem…

Vintur Mons a sinistra erat, cinereus horrendus magnusque. Ignes nonnulli hic et illic lucebant ut hebetes stellae vix discretae in summo amplo caelo : viatores autem erant qui processerant et ignes accenderant tamquam ad nos invidia agitandum dicendumque : - Nondum huc pervenitis et longum erit. Quidnam citius non estis profecti, pervenissetis !... Sine cura conspexi illas parvas luces in montis nebula sparsas animusque meus vagabatur. Roborum vero rami quibus hic et illic offendimusin itinere nostro - quod valde oportet delapidetur -, e segnitia somniisque excitabant impingendo fronte. Si scires, Antonina soror, quid accideret, abhinc circa complures annos ! cuidam Absalom vocato, tibi dicerem idem accedisse mihi nisi caput meum petaso opertum esset !... Age ! i ! Lentus muli mei gradus caput meum minus aggravabat ; mens mea tranquillior erat ; jocabar aliquantulumque fabulabar. Lagoenam suxi et pavor meus evanuit.

Abbates nostri dixerunt : - O ! qualem peritum equitem hoc faciet paucis annis post !... Et Dominus Presbyter qui tremorem meum e pavorecomminus viderat, attonitus erat mirabaturque quod in sella me videret quietum tranquillumque sicut Baptistus superbusque sicut Artabanus ! Tibi autem est dicendum, soror, radium aliquem laudavisse virtutem meam et in me superfudisse – maximo honore ! scintillarum aurum argentumque stellarum !... Interim vero luna, lucerna quam bonus Deus nobis commodabat, validam lucem non emittebat quod nubes interdum eam occaecabant ; at illa ubi nos aliquando, nubibus dispersis, despiciebat, mihi videbatur ridere, benigna luna, conspiciens habitum meum more beduino vestitumque bohemicum.

 

Filiola Convallis

 

- Forte si pluat, dixit Dominus Vici Major.

- Quodam die pluit ubi nubes erant, inquit mulio meus caelum adspiciens quod magis magisque nubibus cooperiebatur.

- Tantum laboravimus, abbas dixit, et fortasse uvidi ut intrita erimus !

- Quicumque Beatus Sanctus es, ora pro nobis, inquit benigna mulier quae in sinu quatuor fasciculos e textili portabat ad aram ornandam.

Haec dicebantur, soror, dum liquidum cano pulchram Nativitatem cari Davi :

            Unde fit ut iter facias

                        Prima luce ?

            Quare vagaris hac hora ?

Tibi praeterea dicam musica mea mulum meum gaudere : aures ejus surrexerunt, adeo ut nasum alte sustulit, os aperuit rudivitque ut taurus. Dixit Seguin nos magnificum biciniumedere, et bestiae ruditum se anteponere organorum tumultui. Denique tantum cecini ut raucus fierem. Tum paulum sorbillavi Massiliensiumque cantum sibilavi… - Eum quilibet canat ! ego autem semper sibilavi. – Intrabamus in Convallem Filiolam…

À moun miou

 

O moun bèu e brave miòu, tu siés, segur, uno bono pasto de miòu ! Me carreges em’uno paciènci, em’uno prudènci que me fan gau, e t’en glourifique, o moun grand miòu !... Ah ! s’au mens t’avieu adu quàuqui tourtihoun e quàuqui bescutello !... Coume tu lèves lou pèd net !... pèd net !... I’a de clapo, de trau, de vabre e de roco : que t’enchau ? camines eici coume se caminaves sus lou velout d’uno tepo flourido. Ie veses mies que s’aviés de bericle, e dirias qu’as un iue à cado bato ! Sènso t’esmòure e sènso t’encala, passes, fièro e noblo bèsti, mounte passarié pas lou chivau de Cifèr ! E pièi, o moun bèl animau, as un tant galant biais quand t’aplantes ete soulajes, e quand duerbes la barjo e que brames !... As uno cambo de fèrri, e jamai diriés sebo… O moun grand miòu… iéu vole…

 

 

 

Hoi !

 

- Moussu !

- Que i’a ?

- Fau davala.

- Perqué ?

- Vesès pas que ma bèsti n’en pòu plus, e que fau ié leissa prene alen ?

- Hoi !...

Vaqui ço que me diguè lou mulatié, un brave ome qu’avié l’iue dubert sus la bèsti e sus la gènt. Li bras m’en toumbèron. Pamens me desempeguère de dessus ma bardo… Cresiéu, ma sorre, de i’avé pres racino ! En davalant de ma tourre, m’escagasse… pièi m’auboure e me boute à camina en gouiejant. Ai ! de moun agacin !... La bésti es davans. Coume poudiéu pas la segui, que fau iéu ? entourtouie à ma man sa co moustouso, e tiro que tiraras !... Ja ! i !

 

Que nas !

 

Te sèmblo pas que me veses, brave sorre Touneto ?

Quand pièi fuguère proun esta la carreto, venguère mai lou cavalié… Ententerin l’èr se fasié gai ; lou pichot biset fin que me poutounavo lou nas, l’avié rendu cremesin coume uno agrioto… Ère tout relènt, me sentiéu de frejoulun dins l’esquino e li boutèu : cargue ma roupo ; engravate emé moun moucadou la mai afrejoulidou de mi quiho, e me vaqui vesti coume Sant Jòrgi… Anen ! escalo qu’escalaras ! Lou desert s’embelissié : de fau nanet coumençavon de negreja, de liuen en liuen, dins li caiau de la coumbo e sus li mourre, e l’aureto de la primo aubo ié foulastrejavo à l’entour.

 

 

 

 

Quid est ? Ampla longaque vallis a radicibus usque ad montis culmen, praecisa altis  et lancinatis et nudis saxis, discissis acutisque rupibus, in qua semita ducensad Sanctam Crucem huc illuc volvitur, serpit, ascendit, descendit : trames execrabilis ! Ascensum incipiebamus. Me signavi. Magnus Vicarius antecedebat videbaturque mihi dicere : Qui sequitur me non ambulabit in tenebris. Quod fuit, soror mea : amoena aura nubes pepulit quae evanuerunt ; luna illuxit… Vicino meo abbati dixi :

- Censeo, domine, Dei angelos nos diligere.

- Quomodo ?

- Nonne vides eos caelum discooperuisse, ut nobis placerent, et lucernis oleum instillasse.

 

Mulo meo

 

O belle et generose mule mi, sine dubio es e bona mulorum stirpe ! Me enim transportavi cum ea patientia, cum ea prudentia quae me gaudet et de qua maximam laudem tibi tribuo, o magne mule mi !... A ! si saltem placentam tortam vel quod crustulum tibi attulissem !... Ut procedis celer pedibus !... celer pedibus !... Sunt saxa et cava et sinus et lapides : quid tua refert ? hic incedis quasi in molli florido gramine incederes. Acutius vides quam si perspicilia haberes et diceres tibi esse oculum singulis ungulis ! Immoto animo protinusque iter facis, magnanime et generose jumentum, per quos locos iter non faceret Satanae equus ! Praeterea, pulchrum animal meum, tantum leporem praebes cum consistis ventremque exoneras, et cum os aperis rudisque !... Tibi est ferreus pes nec unquam loco cedas… O magne mule mi… ego volo…

 

Hoi !

 

- Domine !

- Quid est ?

- Descendendum est.

- Cur ?

- Nonne vides jumentum meum esse confectum, et oportere id spiritumrecipere ?

- Hoi !...

Haec mihi dixit mulio, bonus vir qui jumentum hominesque respiciebat. Attonitus fui. De sella tamen me expedivi… Credebam me, soror mea, ei adhaerere ! Cum descenderem de turri mea, corrui… Deinde surrexi et incepi claudo pede incedere. Oiei ! clavos meos !... Jumentum antecedit. Cum id sequi non possem, quid feci ? Manum circumvolvi in ejus sordida cauda, et tractum est ! Perge ! i !

 

Qualis nasus !

 

Nonne videor esse ante oculos tuos, Antonina bona soror ?

Ubi sicut carrus tractus sum, tum denuo equitavi. Interim aura frigescebat ; tenuis enim aquilo qui nasum meum basiabat eum rubicundumut cerasum fecerat… Totus sudore madebam, horrorem per dorsum cruraque sentiebam : pallium induo ; postquam sudario munivi magis refrigeratum crurum meorum, vestitus videor ut Beatus Georgus… Eamus ! Nos ascendere ! Solitudo amoenior fiebat : pumiliones fagi nigrecere incipiebant, aliquantis intervallis, per vallis lapides et in rupibus primaeque lucis aura circum lasciviebat.

 

 

 

Qu’es mai eiço ?

 

Ère lou darrié de la chourmo. Li cacalas de mi coumpagnoun, que risien de me saupre à la co, s’ausien eilamount. Ma bèsti pren la piquiero : vòu ajougne ; doublo lou pas… quand subran :

- Moussu ?

- Mai ? Qu’es mai eiço ?

- Tenès-vous bèn.

- Que i’a ?

- I’a que eiça de long, lou camin èi pas bèu de rèsto !

- Gramaci ! ié fau, en durbènt d’iue tant que n’ai. E vese em’esfrai qu’escalan un draiòu que me sèmblo uno grosso mascaduro sus uno muraio blanco : acò mountavo coume lis escalié de nosto feniero : uno cabro aurié belèu agu pòu de ié passa ! Lou mourre de moun miòu èro amoundaut, eila-bas èro sa co. Coume li boufet d’un manescau boufavo ma bèsti ; souto si pèd li clapas barrulavon e si fèrri batien fiò. Me revire, e vese un abime d’uno immènso e orro founsour ! Mi péu s’eirisson sus ma tèsto ; fau la car de galino ; m’amouloune coume un cabudèu ; fau tibla li courrejo de mis estriéu ; embrasse e sarre, pèr pas resquiha, lou còu de l’animal ; sus soun coutet m’amourre, e dise moun Confiteor.

 

Li Pelerin

 

Quand fuguère au mea culpa, erian sauva… Oh ! ve sorre, me semblè bèn que venien de me leva lou mens trento quintau de dessus lou pitre ! I’avié de que n’en faire un ex-voto…

Finalamen, ajougneguère pièi la caravano : atroubère mis ome que se demandavon de mi nouvello : n’i’en dounère de fresco. Erian en plen bos de fau. Es aqui qu’ausiguerian de crid que nous fasien fèsto e bènvengudo : ié respoundeguerian, e lis ecò di vau faguèron guilhaume. Veian de fiò flameja dins lou bos ; l’alo dóu ventoulet me n’adusié lou fum dins lis iue, bèn tant qu’en risènt n’en plourave…

Ah ! siegue benesi Diéu ! sian au Jas, o bèn à l’Ermitage. Tóuti davalon de si bèsti. Quand sieguère davala de la miéuno, poudiéu plus me teni sus mi cambo : trentaiave ; semblavo qu’aviéu carga guèto, talamen que Moussu lou Curat me diguè qu’aviéu trop poutouna ma coucourdo.

O sorre Touneto, s’aviés vist ! quant de gènt ! quant de fiò, quant de moulounet e de roudelet ! Se n’en vesié pertout ; amount, avau, à man drecho, à man gaucho, e dins quauque caire n’espelissié sèmpre encaro un. Èro acò coume un chafaret de fiero. Aquéli bòni gènt, tóuti pèd-terrous, tóuti pacan coume nautre, ma sorre, èron gai coume de passeroun e mai urous que de rèi : tout acò cacalejavon, farcejavo e risié.  E, pecaire ! èron las coume de chin ! e pèr lis adurre aqui tant aut, n’avien agu d’autre miòu, éli, que si bastoun e si sabato. N’èro vengu de tout caire : de Saut, de Flassan, de Bedouin, di Bèu, de Caroumb, de Malauceno, de Sant-Savournin, dis Abiho… que sabe iéu ? Falié vèire coume èro estrange acò ! Aqui uno chatouno dourmié, bèn catado, sus li geinoun de sa maire que penecavo ; eila Bregido e soun droulas tuavon lou verme ; Bastian, que venié de trissa coume un rassaire, esquichavo un age ; Tòni èro agrouva, e viravo la cadeno de soun esquino à la braso, pèr faire seca sa camiso coulanto de susour ; Coulau emé lou pèd empuravo lou fiò, Bartoumiéu lou boufavo emé soun capèu ; Jeloun de la Goio escrancavo un fau pèr faire uno regalido. I aviè de vièi, de vièio, qu’avien lou grand mens si sièis crous ; i’avié peréu d’enfant de sièis à sèt an pas pus aut que de caulet-flòri…

- D’ounte vèn, fraire, que tòutis aquéli gènt avien tant trima, tant susa, tant rebouli, pèr veni tant aut e de tant liuen ?...

- Touneto, ma sorre, siegues pas tant pressado. D’ounte vèn ? Lou capelan qu’es aqui, escoundu dins sa roupo, e qu’es tant apensamenti, tout-aro te lou dira… quand saren à Santo-Crous.

 

 

Quidnam etiam ?

 

Ultimus eram in agmine. Comitum meorum cachinnus, ridentes quod sciebant me versari in ultimo agmine, sublime audiebantur. Jumentum meum stomachatur : assequi cupit ; gradum addit… ut subito :

- Domine !

- Etiam ? Quidnam etiam ?

- Serva.

- Quid est ?

- Quod hac via assidue iter satis malum est !

- Gratias ago ! dixi, quam maxime attentus. Tum video magno cum pavore eos semitam ascendere quae mihi videbatur lata nigritia per candidam parietem : iter ascendebat sicut scalae ad fenile nostrum : capra fortasse per eam transire metuisset ! Muli mei caput in excelso erat, deorsum erat cauda. Ut follis fabrilis anhelabat jumentum meum ; sub pedibus ejus volvebantur lapides atquesoleae scintillas excudebant. Cervices verto videoque voraginem immanis horridaeque altitudinis ! Capillus in capite horrescit ; horripilant artus mei ; me volvi sicut glomus ; tendendum erat lorium stapiarum mearum ; complector premoque, ne labar, jumenti collum ; ad latus ejus me abjicio confessionemque recito.

 

Viatores

 

Ut primum ad « meam culpam » perveni, salvi eramus… O ! age, soror, ingentissimum pondus mihi videbatur a pectore tolli ! De illis rebus votum erat solvendum…

Denique agmen sumus consecuti : socios meos inveni qui de me quaerebant : recentia eis nuntiavi. In medio fagorum nemore versabamur. Hic clamorem audiebamus qui nostro adventu festum agebant : iis respondebamus et circumsonans vallis sonum provehebat. Ignes incensos in nemore crevimus ; aurae ala mihi ferebat in oculos fumum ita ut ridens lacrimarem.

A ! Benedictus sit Deus ! adsumus ad Ovile vel ad Eremum. Omnes e jumentis descendunt. Ubi e meo descendi, in pedibus stare non poteram : vacillabam ; videbar ebrius adeo ut Dominus Presbyter mihi diceret me lagoenam nimis osculasse.

O soror mea Antonina, si vidisses ! quot homines ! quot ignes, quot globi quotque hominum concursus ! Ubique cernabantur ; summa parte, ima parte, dextra, sinistra parte, in omnibus angulis semper unus amplius florebat. Erat sicut festus tumultus. Illi boni, omnes rustici, omnes agrestes ut eramus, soror mea, tam laeti erant quam passeres beatioresque quam reges : omnes ii glocitabant et jocabant et ridebant. Et mehercule ! lassi erant ut catuli ! Et ad eos vehandos ad talem sublimitatem, eis non erant muli nisi eorum baculi calceique. Venerant ab omnibus vicis : Saltu, Flassiano, Beduino, Bellis, Carumbo, Malaussena, Beato Saturnino, Ovibus… nescio unde ? Videndum erat quam singulare esset ! Hic dormiebat virgo quaedam, abscondita in gremio matris quae dormitabat ; illic Brigitta et filiolus frustum edebant ; Bastianus qui modo mandebat ut materiarum sector pocula bibebat ; Antonius duplicatus volvebat dorsi spinam ad prunas, ut subuculam suam sudore perfusam siccaret ; Nicolaus ignem pede concitabat, quem Bartolomaeus petaso conflabat ; JosephClaudiae filius detruncabat fagum ad focum incendendum. Erant aliqui senes, erant anus centum minimum annos natae ; erant quoque pueri sex vel septem annos nati non elatiores quam cymae.

- Undeevenit ut, frater, omnes illi tantum laboraverint, tantum sudaverint, tantum aestuaverint,  ut ad tantam altitudinem venirent et e tam remotis locis ?

- Antonina, soror mea, noli properare. Unde evenit ? Capellanus qui hic adest absconditus in pallio et cogitabundus, mox tibi dicet… cum pervenierimus ad Sanctam Crucem.

 

 

L’Ermitage

 

Es uno cafourno facho à bèl-èime en pèiro frejo ; e ié dison ansin, dòumaci es un sant ome d’ermitan que l’aubourè dins aquel afrous desert. Nasejère à la porto : uno brouqueto de cire me faguè lume, e veguère, aqui dedins, un fournigié de femo e de chato. Esquichado l’uno contro l’autro, dourmien sus la roco, o sus dous det de fueio seco, un caiau pèr couissin, coume Jacob. E siéu segur, ma sorre, que, coume Jacob, mai d’uno d’aquéli bràvi femo qu’anavon faire soun bon jour à Santo-Crous, vesien, en pantai, de vòu d’ange que mountavon e davalavon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jas des Pélerins. Viatorum Ovile.

 

 

Pausen nous

 

Escouto-me sorre : es questioun qu’avèn proun escala pèr aro ! Vaqui peréu tèms que ié vau coume un barrau destapa. Fasen coume tòuti : pausen-nous souto li fau. Sian au Jas, fau jaire. Laisso-me desengravata moun boutèu e desenredi mi pàuri cambo ; laisso-m’en pau ana d’un roudelet à l’autre, pèr espincha e pèr ausi. Ai proun mascara de papié pèr vuei. Sian las tòuti dous, iéu d’escriéure, e tu de legi. Belèu qu’en plan te leissariéu pas coume acò, e te menariéu eiçamount sènso desatala, se sabiés autant bèn legi ço que te boute pèr escri que ço que sabes liga’me de jounc e vèndre nòstis ensalado. Embrassen-nous, mignoto, e n’en parlen plus… enjusqu’à Dimenche que vèn.

Adiéu, Touneto. Tèn-te gaiardo.

19 de setembre, 1851

 

 

Eremum

 

Est tegurium acervatim structum duris saxis ; sic nuncupatur propterea quod beatus eremita in ista horrenda solitudine id aedificaverat. Ad ostium oculos injeci ; ceratum ramentum mihi lumen dabat intusque mulierum virginumque gregem discernebam. Stipatae in saxo aut in exiguo cubili aridorum foliorum dormiebant, lapidem habentes pro pulvillo, ut Iacob. Et certus scio, soror mea, multis illis mulieribus, quae salutatum Sanctam Crucem ibant,ut Iacob in somnio videri angelos sursum et deorsum volantes.

 

Requiescamus

 

Audi me, soror ; censeo nossatis in praesentia ascendisse. Hoc tempore obturamentum excussi : agamus ut ceteri : sub fagis requiescamus. In Cubili versamur, cubandum est. Sine exonerem suram meam miseraque cruramollirem ; sine aliquantum ab hoc globo ad illum pervager observatum auditumque. Hodie satis chartam oblivi. Uterque nostrum fessus est, ego scribendo at tu legendo. Fortasse in medio ita te non desererem atque ad culmen uno tenore te ducerem, si tam esses perita legere quae tibi litteris mando quam juncis colligare vendereque herbas nostras. Complectamur inter nos, carissima, neu plura dicamus… usque ad proximum Dominicum diem.

Vale, Antonina, atque salve.

 

 

 

 

 

 

 

 

Capella Sanctae Crucis

 

 

 

 

________________________________

________________________________

Lettre de Roumanille à sa sœur sur la montée au Mont Ventoux

 

 

À ma brave Sœur Toinette

 

Toinette, belle et brave sœur, c’est moi. Dieu te donne le salut, ma mignonne. Je viens t’apporter un petit cadeau. Tu aimes les fleurs : tu en as sans cesse cueilli pour les déposer aux pieds de taVierge de plâtre. Tiens, en voici une. Elle est, la pauvrette, fanée et pas plus grosse qu’un grain de ton chapelet. Tu vas croire que ce n’est sûrement pas quelque chose de précieux et tu vas mépriser mon présent. Ah ! ma sœur, si tu savais comme elle était belle et éblouissante sur sa tige, ma petite fleur, quand je te l’ai cueillie il y aura huit jours demain !... Oh ! vois, tu la trouveras bien belle, tu la mettras dans ton livre d’heures et tu la conserveras comme une relique, quand tu sauras que je l’ai trempée, en priant Dieu, dans l’eau bénite, là-haut, tout là-haut dans les nuages, au pied d’une croix ; quand tu sauras aussi, Toinette, que j’ai eu, tu peux me croire, bien du mal à l’aller chercher !...

 

Le Mont Ventoux

 

- Dans les nuages ? Qu’est-ce que tu me dis ici ?... Tu seras donc toute ta vie un plaisantin ?

- Oui, dans les nuages. Écoute-moi, Toinette, mon sang ! Tourne-toi vers la Crau : tiens, qu’est-ce qui bleuit, là-bas loin, et qui est haut, qui est dans les nuage et qui vers la Saint Simon, peut-être avant, mettra sa couronne étincelante, sa belle couronne de neige ?

- C’est le Mont Ventoux.

- Eh bien ! ma petite, c’est sur son sommet que je t’ai cueilli cette fleur… Ça t’étonne ? Eh bien ! je veux te raconter cela de fil en aiguille et en détail. Je suis sûr que mon babillage te plaira, comme te plaisent Le Thym et le Chapelain. Faisons comme maître Nourat : allons doucement et récoltons bien. Les chemins sont très escarpés : si nous allions trop vite, vois-tu, ma brave fille, nous pourrions nous rompre le cou. Donc, pour bien finir, il faut bien commencer.

 

Monsieur le Curé de Bédoin

 

Il y a, au pied de notre mont Ventoux, un joli village qu’on appelle Bedoin, et qui est perché sur une colline comme un oiseau sur une motte. Il n’est pas besoin de te faire pleurer en te racontant qu’après 89 les bourreaux ont eu beaucoup de travail à Bedoin… et que tant de braves gens y moururent en martyrs ! Il n’est pas besoin de te faire entendre les cris d’épouvante, de te faire voir des tas de cadavres, une église qu’ils bombardent et que s’effondre ; le nuage noir de fumée qui monte, monte, et s’étale sur des maisons qui flambent, craquent et disparaissent ; il n’est pas besoin : tu en aurais, ma Toinette, des douleurs au cœur ! Mais il faut te dire que, mon Dieu, je vous rends grâce. ! les loups ne sont plus revenus depuis ; que depuis le bercail s’est peu à peu refait ; que le troupeau n’a fait que croître et embellir, et qu’à l’heure d’aujourd’hui, il a le bonheur d’avoir le meilleu des pasteurs. Monsieur Ville est bien sûr un Curé d’élite, qui a le cœur sur la main, un saint homme d’autrefois qui n’a rien à lui, bon comme le pain, et qui, un de ces derniers soirs, est venu me voir comme ça :

- Roumanille, vous n’êtes pas sans savoir que le 14 c’est fête là-haut, et que nous allons à Sainte Croix planter la croix de mon Jubilé. Si vous vouliez venir, vous me feriez grand plaisir. Vous mettriez ensuite tout cela sur le papier.

- Vous êtes trop bon, Monsieur le Chapelain. Et quand partez-vous ?

- Dimanche, vers la minuit.

- Ça va bien… Si Dieu me prête vie et santé, dimanche je me signerai et je dirai un Pater au pied de votre croix.

Voilà ce qu’il en est, ma sœur. Et nous partirions le samedi, avec le musicien Francis Seguin qui va restaurer Saboly.

[…]

 

Les Feux d’artifice et les mulets

 

[…] Minuit sonne ; les cloches sonnent à la volée, les feux d’artifice éclatent pour réveiller les pélerins. Ah ! on n’en avait, pauvres de nous, pas besoin. Je saute au bas de mon lit, je passe mes pantalons… Nous trouvons, devant le seuil du Cloître, nos gens tout prêts, ou qui se préparaient, tous le bâton à la main, le sac sur le dos et la gourde sur la hanche. Ça va, ça vient.

- Allons, courage, Nanon, remuons-nous.

- Ohé, Jean, Claude, Francis, Trophime, partons.

- Où es-tu, le Faiblard ?

Et les plus pressés se mettent en tête. De mulets attendent, le sac de foin sur la selle : il y en a un pour le grand Vicaire, un pour Monsieur le Curé, un pour Monsieur le Maire, un pour deux braves abbés, qui monteront un peu chacun ; un pour Seguin… N’aie pas peur, ma sœur, il y en a un pour ton frère, qui a des cors au pied : le mien est ce grand jumard, haut comme une tour, et qui est avec celui qui porte dans ses cabas les vivres et le chandelier de l’autel.

Eh bien ! coquin de sort ! il faut la monter cette bête !

 

Mon Mulet

 

Moi qui, de ma vie, n’ai jamais chevauché qu’un bâton, et puis un âne têtu… comme un âne, qui regimbait tant, le démon ! qu’il m’a planté là comme du pain moisi, il faut que j’escalade cette bête !... Aïe ! aïe ! aïe ! sœur Antoinette, nous y voici ! Grand Vicaire, Curé, Maire, abbés… tous sont à califourchon : mettons-nous à califourchon. Je ne suis pas pourtant si petit : néanmoins cette échine de mulet était tout en haut, si haut que si j’osais, j’enverrais chercher une échelle !... Assez ! Je faisais tant des pieds, des genoux et des mains, je me dressais, je m’étirais si bien que, finalement, gonflé comme un ballon, éperdu et tout suant, je me mis, un pied sur l’étrier, assus sur ma bête comme un singe sur la bosse d’un chameau.

 

Hue ! Dia !

 

Ce n’est pas le tout d’y être monté, il faut maintenant y faire bonne contenance. Le Grand Vicaire chemine devant : nous le suivons. Hue ! dia ! J’étais au milieu de la file. J’oscillais sur ma selle plus qu’une sonnaille au cou d’un bélier. Iras ? iras pas ?... Tiens-toi bien, Joseph ! ne va pas t’assommer ! tu as encore tant de vers et tant de prose à faire ! Et d’un côté ! et de l’autre !... Et, par-dessus le marché, le chemin descendait fortement, et impossible, ma sœur, de freiner ! Sapristi !... Cette selle était sûrement bourrée de noyaux de pêche ! C’était quelque chose de si large que, jamais de toute ma vie, je n’avais vu mes mollets aussi loin l’un de l’autre ! Tomberas? Tomberas pas ? Il y a un Dieu pour les ivrognes : il y en a aussi un pour les apprentis cavaliers. Hue ! Dia !... Et dire qu’il faudra rester ici, les jambes écartelées, peut-être six bonnes heures d’horloge ! Et dire que nous mangeons ainsi notre pain blanc en premier ! Quel purgatoire, sœur Antoinette !...

Quand ton frère était dans cet état, pauvre supplicié et tout remué sur sa bête,toi, ma brave fille, tu dormais ton sommeil paisible comme le sommeil d’un enfant ; ton bon ange peut-être te parlait de moi ; et quand je bougonnais et m’échauffais, dans ton rêve tu riais.

 

La Lune

 

Je faisais cependant tout mon possible pour m’y accoutumer.

Le Mont Ventoux était à notre gauche, gris, effrayant et vaste. Quelques feux, par ci par là, y luisaient comme des étoiles estompées qui pouvaient à peine se distinguer tout en haut au fond du vaste ciel : c’étaient des pélerins qui s’étaient portés devant et qui allumaient des feux comme pour nous faire envie et nous dire : - Vous n’y êtes pas encore et pas de sitôt ! Pourquoi n’êtes-vous pas partis plutôt, vous seriez arrivés !... – Je lorgnais, nonchalant, ces petites lumières égarées dans le brouillard de la montagne, et je rêvassais. Les branches de chêne que nous rencontrions de loin en loin sur notre chemin – qui a bien besoin d’être épierré -, me tiraient, en me heurtant le front, de ma nonchalance et de mes rêveries. Si tu savais, ma sœur Antoinette, ce qui arriva, il y a bien quelques années de ça ! à un nommé Absalon, je te dirais que si je n’avais pas eu mon chapeau d’étameur, il m’en arrivait sûrement autant !... Hue ! dia ! le train-train de mon mulet m’entêtait moins ; j’avais le cœur un peu plus apaisé ; je m’égayais et jasais un peu. Je têtai ma gourde, et ma peur s’évanouit.

Nos abbés dirent : - Oh ! le beau cavalier que cela va faire dans quelques années !... Et Monsieur le Curé qui avait vu de près mon tremblement de peur, était surpris et émerveillé de me voir sur ma selle, apaisé et tranquille comme Baptiste et fier comme Artaban ! Il faut te dire, ma sœur, qu’une fusée célébra ma valeur et fit pleuvoir sur moi, honneur suprême ! l’or de ses étincelles et l’argent de ses étoiles !... Pendant ce temps la lune, lampe que le bon Dieu mettait à notre disposition, ne faisait pas une très bonne lumière, parce que des nuages l’aveuglaient de temps en temps ; mais quand, parfois, elle nous regardait, débarrassée des nuages, elle me semblait rire, la brave lune, de voir ma tournure de Bédouin et mon accoutrement de Bohémien.

 

La Combe Fiole

 

- Ça, s’il pleuvait, dit Monsieur le Maire.

- Un jour il a plu alors qu’il y avait des nuages, fit mon muletier en regardant le ciel qui s’ennuageait de plus en plus.

- Avoir tant souffert, dit l’abbé, pour aller peut-être se tremper comme une soupe !

- Qui que tu sois comme saint, ora pro nobis, fit une sainte femme qui portait dans son tablier quatre bouquets d’étoffe pour garnir l’autel.

Voilà ce qui se disait, ma sœur, pendant que je chantais mélodieusement le beau Noël de l’ami Dau :

                D’où vient que tu es par chemin

                               Si grand matin ?

                Pourquoi erres-tu à cette heure ?

Je te dirai, à ce propos, que ma musique plaisait à mon mulet : ses oreilles se dressaient… si bien qu’il leva le nez en l’air, ouvrit la gueule, et brama comme un taureau. Seguin dit que nous faisions un duo superbe, et qu’il préférait le hi-han de ma bête au brau-brau des ophicléides. Finalement je chantai tant que j’en fus enroué. Je bus alors un petit coup et sifflai la Marseillaise… - La chante qui voudra ! moi je l’ai toujours sifflée. – Nous entrions dans la Combe Fiole…

Qu’est-ce que c’est ? Un vaste et long vallon du pied jusqu’au sommet de la montagne, bordé de hautes roches déchiquetées, nues, de murailles crevassées, pointues et dans lequel le chemin qui mène à la Sainte Croix erre de çà de là, serpente, monte, descend : un sentier d’enfer ! Nous entamions l’escalade : je me signai. Le Grand Vicaire était devant et il me semblait l’entendre dire : Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres. Ce qui advint, ma sœur : un frais petit vent chassa les nuages qui se dispersèrent ; la lune brilla… Je dis à mon voisin l’abbé :

- Il me semble, Monsieur, que les anges de Dieu nous aiment.

- Comment ?

- Vous ne voyez pas qu’ils viennent de dépoussiérer le ciel, pour nous faire plaisir, et de mettre de l’huile à notre lampe ?

 

À mon mulet

 

Ô mon beau et brave mulet, tu es sûrement une bonne pâte de mulet ! Tu m’as porté avec une  patience, avec une prudence qui me réjouissent, et je t’en glorifie, ô mon grand mulet !... Ah ! si au moins je t’avais apporté quelque brioche tressée ou quelque petit biscuit !... Comme tu avances vite !... vite !... Il y a des pierres, des trous, des ornières et des rochers : que t’importe ? tu marches ici comme si tu marchais sur le velours d’un gazon fleuri. Tu y vois mieux que si tu avais des lunettes, et je dirais que tu a un œil à chaque sabot ! Sans t’émouvoir et sans tomber, tu passes, fière et noble bête, où ne passerait pas le cheval de Lucifer ! Et, ô mon bel animal, tu as une telle prestance quand tu t’arrêtes et te soulages, et quand tu ouvres la mâchoire et que tu brais !... Tu as une jambe d’acier, et jamais tu ne lâches pied… Ô mon grand mulet… je veux…

 

Holà !

 

- Monsieur !

- Qu’y a-t-il ?

- Il faut descendre.

- Pourquoi ?

- Ne voyez-vous pas que ma bête n’en peut plus et qu’il faut lui laisser reprendre haleine ?

- Holà !

C’est ce que me dit le muletier, un brave homme qui avait l’œil sur la bête et les hommes. Les bras m’en tombèrent. Cependant je me désempétrai de ma selle… Je croyais, ma sœur, y avoir pris racine ! En descendant de ma tour, je m’écrase… puis je me relève et je me mets à marcher en clopinant. Aïe ! mes cors !... La bête est devant. Comme je ne pouvais pas la suivre, que fais-je ? j’entortille ma main dans sa queue gluante, et de tirer !... Hue ! dia !

 

Quel nez !

 

Ne croirais-tu pas me voir, ma brave sœur Toinette ?

Quand j’eus fini d’être la charrette, je redevins le cavalier… Entretemps l’air se rafraîchissait, la petite bise qui me bécotait le nez l’avait rendu rubicond comme une cerise. J’étais tout trempé, je sentais des frissons dans le dos et les jambes ; j’endosse ma houppelande ; j’enveloppai de mon mouchoir la plus refroidie de mes jambes et me voici vêtu comme Saint Georges… Allons ! vas-y pour l’escalade ! Le désert devenait plus beau : des hêtres nains commençaient à noircir, de loin en loin, dans les cailloux de la combe et sur les parois, et la brise du point du jour folâtrait à l’entour.

 

Qu’est-ce que c’est encore ?

 

J’étais le dernier de la troupe. Les rires de mes compagnons, qui s’amusaient de me savoir à la queue, s’entendaient plus haut. Ma bête prend la mouche : elle veut les rejoindre ; elle double le pas… quand soudain :

- Monsieur !

- Qu’est-ce que c’est encore ?

- Tenez-vous bien.

- Qu’y a-t-il ?

- Il y a que, par là, tout le long, le chemin n’est pas des plus beaux !

- Merci ! lui dis-je, en ouvrant l’œil le plus possible. Et je vois avec épouvante qu’ils grimpent un sentier qui me semble une grosse noircissure sur une muraille blanche : cela montait comme l’escalier de notre fenil : une chèvre aurait peut-être eu peur d’y passer ! Le museau de mon mulet était tout en haut, en bas était sa queue. Ma bête soufflait comme le soufflet d’un charron ; sous ses pieds les cailloux roulaient et ses fers faisaient des étincelles. Je me retourne, et je vois un abîme d’une immense et horribleprofondeur ! Mes cheveux se hérissent sur la tête ; j’ai la chair de poule ; je me recroqueville en boule ; il faut serrer la courroie de mes étriers ; j’embrasse et je serre le cou de l’animal, de peur de glisser ; je m’incline à côté de lui et je dis mon Confiteor.

Les Pèlerins

 

Quand j’en étais au « mea culpa », nous étions sauvés… Oh ! vois, ma sœur, il me semble bien que trente quintaux au moins venaient de m’être ôtés de dessus la poitrine ! Il ne restait plus qu’en faire un ex-voto…

Finalement, je rejoignis la caravane ; je trouvai mes hommes qui se demandaient de mes nouvelles : je leur en donnai des fraîches. Nous étions au milieu d’un bois de hêtres. C’était là qu’on entendait des cris qui nous faisaient fête et nous saluaient : nous leur répondîmes et les échos du vallon prenaient le relai. Nous voyions des feux flamber dans le bois ; l’aile d’un petit vent m’envoyait la fumée dans les yeux, si bien  qu’en riant j’en pleurais.

Ah ! béni soit Dieu ! nous sommes au Jas, ou à l’Ermitage. Tous descendent de leurs bêtes. Une fois descendu de la mienne, je ne pouvais plus me tenir sur mes jambes : je vacillais ; on aurait dit que j’étais pris de vin, au point que Monsieur le Curé me dit que j’avais trop bécoté ma gourde.

Ô ma soeur Toinette, si tu avais vu ! que de monde ! que de feux, que de petits groupes et d’attroupements ! On en voyait partout ; en haut, en bas, à droite, à gauche, et dans quelque coin il en éclosait encore un. C’était comme un vacarme de foire. Ces braves gens, tous des culs-terreux, tous des paysans comme nous, ma sœur, étaient gais comme des pinsons et plus heureux que des rois : tout cela éclatait de rire, badinait, s’amusait. Et, ma pauvre ! ils étaient fatigués comme des chiens ! et pour les conduire ici, aussi haut, ils n’avaient pas eu d’autres mulets, eux, que leurs bâtons et leurs souliers. Il en était venu de tous les coins : de Sault, de Flassan, de Bedoin, des Baux, de Caromb, de Malaucène, de Saint-Saturnin, des Abeilles… que sais-je ? Il fallait voir comme c’était singulier ! Ici une fillette dormait bien cachée dans le giron de sa mère qui sommeillait ; là, Brigitte et son petit mangeaient un morceau ; Bastien, qui venait de mastiquer comme un scieur de long, buvait un coup ; Toni était accroupi et tournait sa colonne vertébrale vers la braise pour faire sécher sa chemise ruisselante de sueur ; Nicolas attisait le feu du pied, Barthélémy le soufflait avec son chapeau ; Jeloun, de la Boiteuse, ébranchait un hêtre pour faire une flambée. Il y avait des vieux, des vieilles qui avaient au moins leurs douze lustres ; il y avait aussi des enfants de six à sept ans pas plus hauts que des choux-fleurs.

- D’où vient, mon frère, que tous ces gens aient tant peiné, tant sué, tant pris chaud, pour venir si haut et de si loin ?

- Toinette, ma sœur, ne sois pas si pressée. D’où cela vient ? Le chapelain qui est ici, caché dans sa houppelande et si pensif, te le dira tout à l’heure… quand nous serons à la Sainte Croix.

 

L’Ermitage

 

C’est une cabane faite en gros blocs de pierre dure ; et on l’appelle ainsi parce que c’est un saint homme d’ermite qui l’a bâti dans cet affreux désert. Je mis mon nez à la porte : un bâtonnet de cire m’éclairait, et je vis là dedans un amas de femmes et de filles. Serrées les unes contre les autres, elles dormaient sur le rocher, ou sur deux doigts de feuilles sèches, un caillou pour coussin comme Jacob. Et je suis sûr, ma sœur, que, comme Jacob, plus d’une de ces braves femmes qui allaient saluer Sainte-Croix, voyait en rêve des vols d’anges qui montaient et descendaient.

 

Reposons-nous

 

Écoute-moi, ma sœur : il m’est avis que nous avons assez monté pour l’heure ! Voici aussi assez longtemps que j’ai lâché ma bonde. Faisons comme les autres : repososns-nous sous les hêtres. Nous sommes au Jas, il faut gésir. Laisse-moi désentraver mon mollet et assouplir mes pauvres jambes ; laisse-moi aller d’un groupe à l’autre, pour observer et écouter. J’ai assez sali de papier pour aujourd’hui. Nous sommes fatigués tous les deux, moi d’écrire, toi de lire. Peut-être que je ne t’abandonnerais pas en chemin comme cela et que je te mènerais en haut d’une traite, si tu savais lire ce que je te mets par écrit aussi bien que tu sais attacher nos salades avec un jonc et les vendre. Embrassons-nous, ma chère, et n’en parlons plus… jusqu’à dimanche prochain.

Adieu, Toinette, et porte-toi bien.

Le 19 septembre 1851