De Ponte Novo

 

Sub Ponte Novo fluit Sequana

Et amores

Manentn(e) in memoria

Semper luctum sequuntur gaudia

 

Nox veniat et hora

Vit(a) abit sum in mora

 

Manibus strictis stemus obviam

Brachiorum

Cum sub pontem cernam

Conspectus longos respuentem aquam

 

Nox veniat et hora

Vit(a) abit sum in mora

 

Abit amor ut fluentes undae

Abit amor

Ut tardae sunt horae

Ut plena bona Spes injuriae

 

Nox veniat et hora

Vit(a) abit sum in mora

 

Fluant dies atque septimana

Amor perit

Transit(a) et tempora

Sub Ponte Novo fluit Sequana

 

Nox veniat et hora

Vit(a) abit sum in mora

Le Pont Mirabeau

 

Sous le Pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu’il m’en souvienne

La joie venait toujours après la peine

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l’onde si lasse

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

L’amour s’en va comme cette eau courante

L’amour s’en va

Comme la vie est lente

Et comme l’Espérance est violente

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

Passent les jours et passent les semaines

Ni temps passé

Ni les amours reviennent

Sous le Pont Mirabeau coule la Seine

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

Guillaume Apollinaire (1880– 1918), Alcools (1912)

(Amicus multorum artificum, praesertim pictorum sicut Picasso vel Braque, G. Apollinaire particeps fuit motus qui artes initio vicesimo saeculo renovavit et canoros versus scripsit ubi amores multos suos et res novas qui illo tempore evenerunt canit.)