GALIPOTE

 

 

Cum tener magister docerem in Benedicti Lyceo Insulae apud Sorgiam, intimus amicus eram cum Romanio Ramberto qui, illo tempore, adgregationis concursum meditari debebat sed re vera provincalia carmina amenti furore componebat. Ego autem altioris ordinis litteris studere inceperam, quod nihil otii mihi relinquebat.

Venit vero Junius mensis tempusque baccalaureati. Rambertus, dum discipuli laborant quaestionibus attenti, versus sine clausulis neque siciliculis surrealistico modo lineare solebat, in poematibus quae deinde per prandium clara voce mihi legebat :

« Optima reperta mea compono cum est probationum tempus et e contentis circumsedentium cerebellis quaestum facio : eorum enim sacri ardoris sum particeps. »

Et accensum carmen quoddam e crumena assidue extrahebat, dicatum fictae virgini alicui, tot virtutibus praeditae ut eadem esset et flava et fusca, et suavis et robusta, et pudica et nuda et inde porro.

Aliud autem Rambertus faciebat dum baccalaureatum custodit : nam illas caeruleas vel virides vel roseas vel fulvas chartas ad liturarios distributas subripere solebat. Quas multas comparaverat et semper providebat ut duas vel tres centenas sibi quotannis triumphans pararet. Eas deinde carminum experimentis oblinebat, dicens colorem adflatui suo esse auxilio.

« Chartae quas intercepi paulum compensant omnia quae Res publica a nobis substrahit. »

[…]

 

Illo anno, Rambertus designatus est ut per ter dies matutinas exercitationes custodiret, ego autem ut post meridiem in rerum administrationis officiis examinationis cursum impellerem eumque praepararem.

Ut in prima diei parte otiosus eram, Carpentoracte velocipede festinabam atque in Inguimbertina bibliotheca operam dabam ad libellum conficiendum de Thucydidis momento ad Sallustii opus.

Itaque, primo die, ante bibliothecarii mensam, exspectabam dum minister Sallustii Historiarum refectionem a Praeside de Brosses primum editam mihi afferret, cum oculi mei forte inciderent in modo depositam chartulam ubi magnis litteris scriptum petentis nomen explicabatur quod mihi risum movit : « Bijou Monchéri ». Mox vero intellexi quis ita nominaretur : sine dubio is Maurus qui stans ad mensam lexicon evolvebat.

Quem observabam : juvenis erat quasi senescens vel potius senex juvenis similis. Capillus ejus crispior erat. Lexicon autem replicabat bracchiaque libere pandens fuscum vultum ad me volvit. Duos ardentes oculos animadverti in ferali oscitatione compressos postquam me spectaverant.

Cum libri nobis dati essent, in ima mensa insedi et nuncupatus Monchéri in eodem ordine consedit, uterque operam agressus est istumque neglegebam. Serius tamen cum surrexissem ad librum quemdam inspiciendum, a tergo ejus praetereuns eum vidi in viridi baccalaureati charta aliquid notare e Ciceronis In Verrem actione.

Paulo post abiit at ego paulisper ante meridiem aedes reliqui et velocipedem equitavi Insulamque properavi ubi ad amicum Rambertum in tabernam Dongier reverti in qua uterque habitabat. Rambertus dum cibum masticat mihi narravit se circa viginti discipulos speculatum esse inter quos tres bellissimas virgines « tam pulchras quam lux ». Somniaverat sidus aliquid Benedicti Lyceum offendisse et angulum aedium solum extraxisse et cum illis tribus virginibus eum rejecisse in aliquam insulam Septentrionalis Oceani ubi aves in hominum humeris sedebant et palmae pomis oneratae erant, tantum opus erat quatere et colligere. Qualis vita !

« De illis carmen incepi, inquit. Miserae autem illae in latina conversione macerabantur quae erat a Cicerone scripta de Verris furtis.

- Si de furtis agitur, subripuistine assuetum coloratarum chartarum numerum ? »

Duos digitos in crassitudine mihi ostendit perrexitque :

« Tibi non dixi adversus me fuscum discipulum quemdam sedere, triginta annos natum, ex Haiti oriundum sicut ex agnitionis tessera comperi. Initio sicut ceteri operam dabat ; postea, compressis manibus ante caput, ut marmorea statua permanebat… Deinde, statim, e nonnullis liturariis notulis, conversionem paravit quam intra quartam horae partem desivit et primus exiit. Cujus chartam adspexi nec primo adspectu erat ullus error. Id tamen ad ultimum tenebam : nomen ei est, quale pulchrum Antiliacum nomen ! qualem voluptatem cepi !...

- Bijou Monchéri, eum interpellavi.

- At quomodo scis ?

Tunc enarravi eumdem, probatione confecta, Carpentoracte ascendisse ut in bibliotheca certus fieret se recte intellexisse, deinde nomen ejus in chartulam oculis meis forte incidisse.

 

Res hae nihil successissent nisi, media nocte, cum e somno excitatus essem et memoria repeterem quae illo die evenerunt, cogitatio quaedam in mente mihi occurrisset : Carpentoracte circa nonam horam perveni at ille aderat paulum postquam inieram. Ergo fingi non poterat, charta sua deposita, Benedicti Collegium modo reliquisse, praesertim cum inde decem milia passuum longe abesset. Praeterea vetantur petitores discipuli ante tertiam partem probationis exire. Idcirco somnum recipere non potui.

Cum inter jejunum de his rebus cum Ramberto loquerer, affirmavit ille se praescripta servavisse nec Maurum aedes ante ipsam decimam horam ne quidem ad necessaria reliquisse, et idem tam erat religiosus de praescriptionibus ut eum paulisper moraretur antequam abire sineret.

Coepi cogitare de fraudis novo modo a gemellis fratribus instructae, sed id non verisimile erat neque Rambertus me in serium vertebat.

« Tibi denuo dico eum aedes non reliquisse : frater gemellus, si quidem est, non potuit in ejus locum succedere ; te fallit memoria tua, tibi videris eum nona hora crevisse sed multo serius Carpentoracte eum invenisti, aliter esse non potest. At potius audi »

Rambertus roseam chartam explicavit et legit :

« Elapsus e coma stellae

In arena me spectabam

In oculis trium nudarum

Quarum capillus ut clatri

Mei carceris teneri

Sapiebat maris salem… »

 

Nec audiebam et, cum permotus eum instarem, Rambertus, qui jam in Collegium adire debebat, chartam implicavit et per jocum mihi dixit :

« Haiti insula dei Vaudou sedes est, agitur de fascinatione. In Inguimbertinam adi, hodie mane est graeca versio, videbis num iste homo appareat, neve praetermittas horam notare. »

 

Nona hora, nempe, simul ac ego inivit Bijou Monchéri, denuo nomen in chartula ex obliquo inspexi. Liber ejus adlatus est cujus fulvum involucrum e Graeca serie a Bude edita librum denuntiabat… Sicut pridie prope angulum meum sedit, in viridi charta aliquid adnotavit. Ego autem exsurrexi, et a tergo ejus praeterivi, humerum ejus paulum fricavi ut certior fierem eum re vera exstare, non quod crederem me inane tangere, sed quod cogitabam ad jejunum Ramberti risum hac narratione movere. Illum de Demosthenis Oratione de Corona curare comperi, unde extracta erat – sicut meridie scivi – Graecae probationis materia.

Evenit ut in taberna Dongier ad mensam nostram Jacobum Duclos acciperemus, venatorem et piscatorem in Sorgia et furtivum venantem, singularem hominem quocum omnes tres solum provincialem linguam loquebamur. Duclos autem ad narrationem nostram aures erexerat ; cum doctus esset, Vaudou religionem cognoverat, etiam legerat, nesciebat ubi, Haitianos incantatores quosdam bilocatione praeditos esse : eos in duobus locis simul versari. Nos autem fantasias haurire nolebamus atque conjecturas faciebamus inanes quas refutabamus antequam confectae essent, atque, vino juvante, effervescebamus et in aedibus tantum tumultum dabamus ut ceteri respicerent.

« Nobis proponitur quaedam nova fraus, Rambertus clamavit, ratio mea non est vigilis sed nolo stolidus haberi. Cras, per francogallicarum litterarum probationem, debebimus certum modum reperire sciendi num idem homo sit. ».

Et rationem instituimus.

Ita postridie, Carpentoracte, a quadrante nonae horae scivi disputationem de Racine propositam esse, et, nona hora et dimidia, cum post Bijou Monchéri essem, atramenti guttam demisi, ut conventum erat, in ejus humerum. […] Addam, ut conscientiam comprimam, vestem ejus tam sordidam esse ut macula tantum amplius ornaret.

Tunc autem ille diu remansit : nam disputationem parare longius tempus poscit quam conversionem inspicere. Ubi eum esse abiturum sensi, cito res meas implicavi eumque instans aedes reliqui. At quid postea accidit, limine transito ? Oculos enim meos sub ipso tempore effugit ut primum janua ipsa clausa est. Exii, nec adfuit ! Scalas celeriter descendi, velocipedem recuperavi, pedalia premens festinavi. In Benedicti Lyceum inivi cum hora diei ad meridiem vergebat. Ultimis remanentibus petitoribus in mesaulis occurri ; ille vero placidus ante magistri mensam opus complere desivit. Rambertus ubi primum me adspexit, surrexit et ad me accessit, pallens sicut gypsum.

« Est macula… Oculi mei in eum semper haeserunt, atque, hora composita, atramenti gutta in humero ejus ex nihilo facta est… Feliciter evenit quod cras non custodiam, quia eum in aedibus adesse unum insuper diem non essem passus.

- Quid ergo agamus ? Num sinamus pergat ? Nonne fuit argumentum de Racine fabulis ? In bibliotheca per duas horas de hoc operam dedit. Audidum, nonne ipse dixisti te haberi stolidum noluisse ? Ergo ei ostendamus nos aliquid animadvertisse, et deinde, sciendi causa, rogabimus ut omnia nobis explicet.

- Assentio sed ne eum lacessamus, nam cum tali homine… »

Dum loquimur, haitianus fascinator – non video quomodo eum alio nomine appellem - e sede surrexit, chartam in mensam deposuit aedesque transiit. Nos praeteriturus erat nec magis animadvertit quam si stipes fuissemus.

« Eum sequere, qui munere vaces.

- Non faciam, nobis una est permanendum. »

Januam ante eum clausi.

« Da veniam, domine, sed volumus te aliquid rogare. »

Constitit stetitque, oculis demissis. Nihil palpebra tremuerat.

« Ecce autem, voce incerta perrexi, estne tibi gemellus frater ? »

Abnuit ille.

« Ergo, quis erat ille tui persimilis in Carpentoractina bibliotheca hodie mane, qui Racine opera inspiciebat, sicut heri de Demosthene curabat et pridie de Cicerone, et cras, sic conjecturo, librum de geometria evolvet ? »

At ille, cum nigrorum ex Insulis sonu qui vocales separabat consonasque demebat :

« Noli tantum sudare, ego ipse eram et cras ero. »

Ultimi duo discipuli simul surrexerunt et chartas deposuerunt, sermonem voca demissa nostrum neglegentes. Rambertus repetiit :

« Optime est, te collega meus vidit, tuus autem gemellus frater probationem incepit et in ejus locum succedisti… »

At vox ejus in faucibus haesit : sciebat enim Rambertus istam enodationem nihil sani habere, sed cum rebus supranaturalibus assueti non simus, potius quam eas qualescumque accipiamus, semper verba damus inania.

Alter scapulas sustulit.

« Sinite abeam, ait, nihil contra me potestis. »

Vidi pallidum Rambertum mollescentem. Ipse pronus ad discedendum eram ut incubus iste evaderet, cum mihi in mentem occurreret ut dicerem :

« Contra te reliquisti indicium : chartulam tuo nomine quam sine metu complevisti.

- Certum scio, iste respondit, et consulto feci ut homines deriderem. Ita non solum baccalaureatum adipiscar sed etiam P.C.B. meum et medici probationes. »

Tam attoniti sine dubio videbamur ut cachinnaret, deinde sigarellam accendit.

« Agitedum, inquit, vos ante portam exspecto, vobisque explanabo. »

His verbis auditis, sollicitudo nostra paulum placata est, atque, paucis post horae momentis, cum Rambertus chartas suas reddidisset, praeter Sorgiam et muscosas aquarias molas iter faciebamus. Monchéri dicebat omnes cognatos suos a stirpe « galipoti » esse, id significat fascinatorum genus in terra vaudou. Isti « galipoti » in duobus locis simul versari poterant.

In Franciam venerat cives suos curatum secundum mores sibi traditos ; morbum ab eis depellebat grani turci spica eos tangens – scilicet oportebat fidem adjungerent – sed medicina jure pollens negotium ei exhibebat, ergo ut beneficia sua pergeret atque medicorum ordinis latratores tacerent, intellexit sibi obtinenda esse academica diplomata… Idcirco ad probationes veniebat. Litteris tantum studebat quantum necesse erat ut se libris inspiciendis expediret (nobis tamen latine dixit se esse « doctum cum libro » !). et, de eo quod nomen suum in chartula reliquerat in bibliotheca ea ipsa hora ubi in lyceo scribebat, eia, id erat aliquid experimenti quod eum delectabat : nihil sibi cavebat.

« Hic, in Francia, tam estis gloriosi ut nullus officialis, praesertim e Publica Discipulorum Institutione, accusationem capessere malefici annueret. Agitedum, judicate, fingite vos moderatori vestro, truculentia annotato, referre, quod ascenderet usque ad Rectorem, baccalaureati postulatorem bilocationem exercuisse ! Ai ! ai ! vae cursui vestro ! Per viginti minimum annos progressus perditus !... Ergo nunc vos relinquo… Observate rationem vestram, si ista vos firmat, at vobis utique chartulam meam do, si forte aegri sitis uno ex iis morbis qui medicis tenebrae sunt, antequam vos dedant valetudinariis ubi domini illi medici extremos spiritus plasticis fistulis producunt, agite, de « galipote » cogitate ; nunc autem Velleroni maneo, in vico Dei negatorum, ubi miraculis non credunt, ibi securus sum ! Ad annum Massiliae sedem collocabo et inter Haitianos, semper scient erudire ubi habitem. »

Antequam nobis chartulam dedit, singularia lineamenta duxit quae fortasse signum suum erant, et nos ibi reliquit, defixos.

 

In Dongier taberna ubi lagoenam Novi Castelli vini exhausimus ut animum nobis reficeremus, solus amicus Duclos, rerum naturae proximus homo, non multum miratus est. Romanius vero Rambertus, illo die, coloratas chartas subripere neglexerat, sed ab illo tempore uterque nostrum de rebus insolitis curare coepit.

 

Johannes Petrus TENNEVIN, « Galipote » in Somnium et aliae fabellae, 2003

LOU GALIPOTE

 

 

Quand me capitave jouine proufessour, au coulège Benoit à l’Ilo, ère ami cinq sòu emé Roumié Rambert que, d’aquelo epoco, en plaço de prepara soun agregacioun, fasié de vers prouvençau em’uno passioun de fada. Iéu, aviéu coumença un diplomo d’estùdi superiour que me manjavo tout moun tèms.

Vèngue lou mes de jun e la semano dóu bacheleirat, Rambert, d’enterin que li candidat s’afanavon sus sis esprovo, entieravo de vers subre-realisto sènso rimo ni virgulo, dins de pouèmo que me legissié, pièi, à-z-auto voues pendènt lou dina :

- Mi meióuri trobo, me disié, li coumpause à la sesoun dis eisamen en aproufichant la councentracioun di carnavello à moun entour : me coumunicon lou fiè sacra.

E mancavo pas de tira de sa pòchi tau pouèmo enfiouca adreissa à-n-uno chato de sis idèio, prouvesido de tant de qualita qu'èro à la fes bloundo e bruno, douço e forto, casto e nuso, e patin coufin...

Fasié autro causo, Rambert, en survihant lou bacheleirat ; raubavo aquéli fueio bluio, verdo, rosa o jauno que se destribuïsson pèr li brouioun. N'avié mounta uno couleicioun e s’adoubavo toujour pèr n’en radurre, triounfalamen, bon an, mal an, dous o tres centenau. Li mascaravo, pièi, de sis assai de pouësio en disènt que Ii coulour ajudavon tambèn à l’ispiracioun.

- Pèr ço qu’es di papié qu’ai destouma, recoumpènson un pau tout ço que l’Estat nous raubo.

[Aro que sian à la criso e que li service de l’Acadèmi nous plouron tout, meme lou papié, pènse pas que lou vièi Rambert fague de piho autant fruchouso, eila, dins soun licèu d’Alimount, e qu’acò tape acò autant bèn coume àutri-fes, s’es verai que l’aguèsse jamai tapa. Mai revenen ... ]

Aquelo annado, nous avien designa, Rambert pèr surviha, tres jour à-de-rèng, lis esprovo dóu matin, e iéu, au tantost, dins li service d’amenistracioun, pèr metre en trin e adouba tout lou debana de l’eisamen.

En estènt de campos dins la proumiero partido de la journado, mountave à biciéucleto à Carpentras e travaiave à la biblioutèco Inguimbertino en visto de moun diplomo sus l’influènci de Tucidido dins l’obro de Salùsti.

Vai ansin que me ié troubave tre lou proumié jour, esperant, davans lou burèu, que l’emplega m’aduguèsse la recoustitucioun dis « Istòri » salustenco dins l’edicioun óuriginalo dóu presidènt de Brosses, quand ma visto toumbè sus uno ficho que venien de depausa, ounte s’estalavo en grossi letro lou noum dóu demandaire, un noum que me faguè sourrire : Bijou Monchéri. Tardère pas à devina quau poudié se nouma ansin : devié èstre lou mouro que, de-dre contro la taulo, aqui, fuietavo un diciounàri.

L’óusservère : un jouvènt d’un biais un pau vieianchoun, se noun fau dire un vièi qu’avié l’èr jouine. Soun péu èro à peno frisouia. Barrè lou diciounàri e, en s’estirant sènso se geina, virè vers iéu sa caro mouracho. Arremarquère dous iue de flamo qu’entre m’avé regarda se barrèron dins un badai de bèsti felino.

Nous dounèron nosti libre, m’anère istala vers lou founs, e lou nouma

 

 

Monchéri se venguè asseta à la memo renguiero, chascun se groupè, pièi, à soun travai e faguère pas mai atencioun à-n-aquéu tipe. Es plus tard, soulamen, qu’en m’estènt auboura pèr ana counsulta un oubrage, ié passère darrié e veguère que prenié de noto sus uno fueio verdo de bacheleirat à parti di «Verrino » de Ciceroun dins l’edicioun Budé.

Gaire après, éu s’enanè, e iéu quitère la salo vers vounge ouro e miejo, escambarlère moun velo, davalère à l’Ilo ounte me retroubère emé l’ami Rambert à l’aubergarié Dongier que ié prenian pensioun touti dous. Tout en mastegant Rambert me disié qu’avié surviha un vintenau de candidat, e, permié éli, tres perleto de fiho « poulido coume lou jour ». Avié ravasseja qu’uno coumeto turtavo lou coulège Benoit, derrabavo just un cantoun de la salo, e lou fasié retoumba, emé li tres chato, dins une isclo de la Mar Pacifico ounte lis aucèu se pausavon sus vosto espalo e li coucoutié èron touti carga de si fru, i’avié que de sangagna, rabaia... La belle vidasso !

- Ai coumença un pouèmo dessus, faguè. Eli, pecaireto, se dessecavon sus sa versioun latino, un tèste de Ciceroun à prepaus di rapino de Verrès...

- Quand se parlo de rapino : n'as rauba toun comte de papié de coulour ?

Rambert me faguè vèire l'espessour de dous det e countuniè :

- Quau t'a pas di, aviéu en vis-à-vis un candidat mouro, un ome de trento an, nascu à Haïti, ai vist aco sus sa carto d'identita. À la debuto travaiavo coume lis autre; après, restè bras crousa davans soun tèste, coume uno estatuo de font... E pièi, subran, en partènt de quàuqui noto sus soun brouioun, t'adoubè uno reviraduro que dins un quart d'ouro l'aguè acabado, e fuguè lou proumié de s'enana. Ai regarda sa copi, à visto de nas pas uno fauto. Mai eiço te lou gardave pèr la fin : a un noum, ah, quete bèu noum dis Antiho ! n'i’a pèr se n'en coungousta ...

- Bijou Monchéri, coupère.

- Mai, coume lou sabes ?

Espliquère que lou meme persounage, l'esprovo acabado, avié mounta à Carpentras pèr verifica à la biblioutèco s'avié bèn capita, e, d'asard, soun noum, sus la ficho, m'avié pres pèr l'iue.

Tout acò aurié pas apouncha un fus s’au mitan de la niue, en m’estènt reviha e en me repassant lis evenimen de la journado, uno idèio m’èro pas vengudo pica au su : ère arriba à Carpentras aperaqui sus li nou-v-ouro, e l’autre es gaire après qu’avié rintra ... Pas poussible de supausa que, remesso la còpi, venié de quita lou coulège Benoit, d'autant mai que i’a quand meme dès-e-sèt kiloumètre. E pièi lou reglamen enebis de leissa sourti li candidat avans que n’en siguèsson i tres part dos dou tèms de l’esprovo ! Dóu cop arribère plus à reganta la som.

Au dejuna, quand n’en parlère à Rambert, éu m’afourtiguè qu’avié óusserva lou reglamen e que lou mouro avié pas quita la salo, meme pèr ana i coumun, avans dès ouro picanto, e Rambert èro talamen un maniac1e dis estrucioun amenistrativo que l’avié fach espera cinq minuto avans de ié permetre de s’enana...

Coumencère pèr imagina uno istòri estraourdinàri de tricharié ourganisado pèr de fraire bessoun, mai acò tenié pas dre, Rambert me prenié pas au serious :

- Te tourne à dire qu’a pas quita la salo; lou fraire bessoun, s’eisisto, a pas pouscu se sustituï à-n-éu ; ta memori te jogo un marrit tour, te creses de l’agué vist à nèu v-ouro, es bèn plus tard que l’as rescountra à Carpentras, noun se pou autramen. Tè, escouto pulèu...

Rambert despleguè uno fueio rosa e legiguè :

« Escapa de la cabeladuro di coumeto

Me miraiave sus la listo arenouso

Dins lis iue de tres vierge nuso

Que soun chevu, barroun d’uno tèndro presoun

Avié lou goust de la sau... »

Escoutave pas, e coume, treboula, lou quichave, Rambert qu’adeja devié ana au coulège, pleguè soun papié e me diguè pèr galeja :

- Haïti es lou païs dóu diéu Vaudou, es uno istòri de mascarié. Vai-ié à l’lnguimbertino, este matin i’a la versioun grèco, veiras se noste ome ié vèn faire un tour, e óublides pas de marca l’ouro.

Eh bèn, à nou v-ouro, dóu meme tèms que iéu, rintrè Bijou Monchéri, verifiquère mai soun noum sus sa ficho, d’un cop d’iue de-galis. L’aduguèron soun libre, qu’à la cuberto rousso se devinavo un Budé, couleicioun gregalo... Coume la vueio s’assetè proche moun cantoun, prenguè de noto sus uno fueio verdo. Iéu, m’estènt, pièi, auboura, ié passère darrié, m’assegurère, en lou frustant à l’espalo, qu’eisistavo de-bon, noun pas que creseguèsse de rescountra lou vuide, mai pensave de faire rire Rambert, au dina, en ié countant. Coustatère que l’autre s’interessavo au «Discours sus la courouno » de Demousteno, d’ounte èro tira - lou sachère à miejour - lou sujèt de grè.

Se capitè qu'à l’aubergarié Dongier avian à nosto taulo Jaque Duclos, cassaire, pescaire de Sorgo e bracounié, persounage pintouresc, qu’emé Rambert nàutri tres parlavian que prouvençau. Duclos s’èro interessa à nosto istòri ; coume avié de leituro, couneissié lou culte dóu Vaudou, memamen qu’avié legi, sabié plus mounte, qu’à- n- Haïti de sourcié èron capable de biloucacioun : s’atrouvavon dins dous endré à la fes. Mai nautre voulian pas pita à l’esco dóu fantasti, bastissian d’ipoutèsi goio que li refutavian avans de lis agué acabado, e, emé l’ajudo dóu vin, s’escauferian e menerian dins la salo un boucan dóu diable que fasié revira lou mounde.

- Sian davans un cas estraourdinàri de tricharié, esclamè Rambert, es pas de moun biais de faire lou poulicié, mai vole pas nimai passa pèr un couioun. Deman, à l’esprovo de francés, faudra trouva un mejan segur de saupre s’es lou meme ome.

E adouberian un plan.

Vai ansin que l’endeman, à Carpentras, sachère tre nou v-ouro un quart qu’avien douna uno dissertacioun sus Racine, e à nou v-ouro e miejo, en passant darrié Bijou Monchéri, ié faguère toumba, coume èro entendu, uno gouto d’encro sus l’espalo [- lis estilo d’aquelo epoco pourtavon un pichot levié qu’en mai o mens lou redreissant, poudias li faire escupi à voulounta -.] Apoundrai, pèr me leva l’escrupule, que soun blousoun èro talamen crassous que la taco noun ié fasié qu'un ournamen de mai.

Aquéu cop, éu restè long-tèms : es que pèr adouba uno dissertacioun vai pas tant vite que de counsulta uno reviraduro. Tre que se devinè à mand de parti, pleguère lèu, lèu, mis afaire e quitère la salo sus si piado. Mai dequ’arribè, pièi, entre agué franqui lou lindau ? Escapè à ma visto lou tèms d’un uiau quand la porto se fuguè barrado d’elo-memo. Sourtiguère, i’èro plus ! Trevalère lis escalié, retroubère moun velo e barrulère à grand cop de pedalo. Rintrère au licèu Benoit qu'èro miejour. Crousave dins li courredou li darrié candidat que restavon ; éu, tout bèn siau, acabavo de rempli sa còpi davans lou burèu déu mèstre. Rambert, entre me vèire, s'aubourè e s’aflatè de iéu, pale coume un gipas.

- I'es la taco... Lou quitave pas dis iue, e à l’ouro dicho, la taco d’encro s’es fourmado sus soun espalo à parti de rèn... Urousamen que deman siéu pas de survihanço, qu’auriéu pas supourta de l’agué dins la salo un jour de mai.

- E alor, que fau faire ? Lou leissa countunia ? I’a agu un sujèt sus Racine, parai ? À la biblioutèco a travaia dos ouro dessus. Escouto, as-ti pas di que vouliés pas passa pèr un couioun ? Alor fasèn-ié vèire que se sian rendu comte de quaucarèn, e pièi, pèr curiouseta, ié demandaren que nous escudelle ...

- D'acord, mai sènso l’agarri, qu’em’un orne ansin...

Coume parlavian, lou sourcié vaudou - vese pas d’autre noum pèr lou designa - se dreissè de soun sèti, pausè sa còpi sus lou burèu e travessè la salo. Nous anavo passa davans sènso faire mai d’atencioun à nautre que se fuguessian de souco d’aubre.

- Seguisse-lou, tu que siés pas de service

- Noun, fau resta ensèn.

Ié barrère la porto davans lou nas.

- Escusas, moussu, mai voulian vous pausa uno questioun.

Eu s’aplantè e restè, lis iue beissa. Avié pas parpeleja d’uno ciho.

- Veici, countunière d’uno voues mau-seguro, avès-ti un fraire bessoun ?

Faguè noun de la tèsto.

- Alor quau èro que vous semblavo tant, este matin à la biblioutèco de Carpentras, que counsultavo lis obro de Racine, coume aièr s’interessavo à Demousteno, lou jour d’avans à Ciceroun, e deman, supause, fuietara un libre de geoumetrio ?

Mai eu, emé soun acènt de mouro, que destacavo li silabo en manjant li counsono :

- Prengués pas tant de peno, i’ère iéu-meme e ié sarai deman.

Li dous darrié candidat s’aubourèron en meme tèms pèr depausa sa còpi, inchaiènt à nosto discussioun que s’èro facho souto voues. Rambert reprenguè :

- Tout acò vai bèn, es vous que moun counfraire a vist, mai es voste fraire bessoun qu'a coumença l’esprovo, e vous sias sustituï à-n-éu...

Mai sa paraulo s’estranglè : Rambert sabié autant coume iéu qu’aquelo esplicacioun avié pas caro de bon sèn, mai quand sias pas afa i causa subre-naturalo, pulèu que de lis aceta talo que soun, sèmpre vous pagas emé de resoun traucado.

L'autre jougneguè lis espalo.

- Leissas que m'en vague, faguè, me poudès rèn contro.

Vesiéu Rambert, tout blave, que moulavo. Iéu-meme ère dispausa à m’escarta pèr que s’alunchèsse aquel èstre de chaucho-vièio, quand aguère l’idèio de ié dire :

- Avès leissa uno provo contro vous : la ficho qu’avès pas cren de rempli à voste noum.

- Lou sabe, respoundeguè, e l’ai fach à bèl esprèssi pèr me trufa dóu mounde. Es ansin que vau davera noun soularnen moun bacheleirat, mai moun P.C.B. e mis annado de medecino.

De talamen que devian parèisse estabousi, esclafiguè lou rire, pièi atubè uno cigareto.

- Anen, faguè, vous espère davans lou pourtau, vous esplicarai...

A-n-aquéli paraulo noste mal-aise, un pau, s'èro apasima, e cinq minuto après, Rambert aguènt remés li còpi, caminavian long de Sorgo e de si moulin d’aigo cubert de moufo. Monchéri nous disié que, dins sa famiho, èron de « galipote » de paire en fiéu, acò designavo uno mena de masc dóu païs vaudou. Li « galipote » avien lou poudé de s’atrouva dins dous rode à la fes.

Ero vengu 'en Franço pèr sougna si counteirau segound li pratico de sa tradicioun ; ié levavo lou mau en Ii toucant em’uno espigo de barbarié - bèn entendu, falié que i’ajustèsson fe - mai la medecino óuficialo ié fasié d’embroi, alor pèr countunia si bèn-fa e que se teisèsson li bramaire de l’ordre di medecin, avié coumprés que devié teni de diplomo universitàri... Adounc se presentavo is eisamen. Avié estudia just ço que falié pèr se desembouia en counsultant li libre (nous lou diguè pamens en latin : pèr èstre « doctus cum libro » !) E, pèr ço qu'es d’avé leissa soun noum sus uno ficho à la biblioutèco à l’ouro que coumpausavo au licèu, eh bèn acó fasié partido d’uno esperiènci que l’amusavo : se precauciounavo de rèn.

- Sias talamen arlèri, eici en Franço, que pas un founciounàri, subre-tout de l’Educacioun naciounalo, acetarié de larga uno acusacioun de mascarié. Vejan, jujas vèire, meten que fagués à voste direitour, renouma pèr èstre un ome terrible, un raport que mountarié fin qu'au Reitour, pèr dire qu’un candidat au bacheleirat a pratica la biloucacioun ! Ai, ai, ai de vosto carriero ! Pèr li vint an au mens, avançamen de foutu !... Anen, vous quite... Gardas voste raciounalisme s’aco vous rasseguro, mai vous baie quand meme ma carto, se de-fes erias malaut, d’uno d’aquéli malautié que la medecino se n'en desbarco, avans de vous liéura is espitau mounte messiés li dóutour perlongon lis angounio emé de tuièu de plasti, eh bèn, pensas au « galipote » ; pèr l’ouro rèste à Veleroun, lou païs di nego-Bon-Diéu ounte creson pas i miracle, aqui siéu tranquile ! L’an que vèn sarai istala à Marsiho e, dins li mitan haïtian, vous saupran toujour dire mounte trève.

Avans de nous baia la carto, faguè dessus un dessin bijarre que, tant, poudié èstre sa signaturo, e nous planté qui, palafica.

À l’aubergarié Dongier ounte vuegerian uno boutiho de Castèu-Nèu pèr nous remounta, i’aguè que l'ami Duclos, ome de la naturo, pèr pas trop s’estouna. Roumié Rambert, aquéu jour, n’avié óublida de rauba si fueio de coulour, mai es à coumta d’aqui que coumencerian, l’un e l'autre, de s’interessa au mounde de l’estrange ...

 

Jan-Peire TENNEVIN, « Lou galipote » in Lou Pantai e àutri nouvello, 2003.

LE GALIPOTTE

 

 

Quand je me trouvais jeune professeur au Collège Benoit, à l’Isle, j’étais ami intime de Romain Rambert qui, en ce temps-là, au lieu de préparer son agrégation, faisait des vers provençaux avec une passion de fou. Moi j’avais commencé un diplôme d’études supérieures qui me dévorait tout mon temps.

Venus le mois de juin et la semaine du baccalauréat, Rambert, pendant que les candidats suaient sur les épreuves, enfilait des vers surréalistes sans rimes ni virgules, dans des poèmes qu’il me lisait après, à haute voix pendant le dîner.

« Mes meilleures trouvailles, me disait-il, je les compose à la saison des examens, en mettant à profit la concentration des cerveaux autour de moi : ils me communiquent le feu sacré. »

Et il ne manquait pas de tirer de sa poche un de ces poèmes enflammés adressés à une jeune fille de son imagination, dotée de tant de qualités qu’elle était à la fois blonde et brune, douce et forte, chaste et nue, et ainsi de suite…

Il faisait autre chose, Rambert, en surveillant le baccalauréat : il dérobait ces feuilles bleues, vertes, roses ou jaunes que l’on distribuait pour le brouillon. Il en avait constitué une collection et s’arrangeait toujours pour en rapporter triomphalement, bon an mal an, deux ou trois centaines. Il les barbouillait ensuite de ses essais de poésie en disant que les couleurs aidaient aussi à l’inspiration.

« Pour ce qui est du papier que j’ai détourné, il compense un peu tout ce que l’État nous vole. »

[Maintenant que nous sommes en crise et que les services de l’Académie lésinent sur tout, même le papier, je ne pense pas que le vieux Rambert fasse des butins aussi fructueux, là-bas, dans son lycée d’Alimont, et que ceci compense cela aussi bien qu’autrefois, s’il est vrai qu’il l’a jamais compensé. Mais revenons…]

Cette année-là, on nous avait désignés, Rambert pour surveiller, trois jours de suite, les épreuves du matin, et moi, l’après-midi, dans les services de l’administration, pour mettre en train et préparer tout le déroulement de l’examen.

Étant libre la première partie de la journée, je montais à bicyclette à Carpentras et je travaillais à la Bibliothèque Inguimbertine en vue de mon diplôme sur l’influence de Thucydide sur l’œuvre de Salluste.

C’est ainsi que je me trouvai le premier jour, à attendre devant le bureau que l’employé m’apporte la reconstitution des Histoires de Salluste dans l’édition originale du président de Brosses, quand ma vue tomba sur une fiche qu’on venait de déposer, où s’étalait en grosses lettres le nom du demandeur, un nom qui me fit sourire : Bijou Monchéri. Je ne tardai pas à deviner qui pouvait se nommer ainsi : ce devait être le Noir qui, debout contre la table, feuilletait un dictionnaire.

Je l’observais : un jeune homme d’une tournure un peu vieillotte, pour ne pas dire un vieux qui avait l’air jeune. Il avait les cheveux à peine frisés. Il ferma le dictionnaire et, en s’étirant sans se gêner, tourna vers moi son visage noiraud. Je remarquai deux yeux de flamme qui, m’ayant regardé, se fermèrent dans un bâillement de fauve.

On nous donna nos livres, j’allai m’installer vers le fond, et le dénommé Monchéri vint s’asseoir dans la même rangée, chacun se mit à l’œuvre ensuite et je ne fis plus attention à cet individu. C’est plus tard, seulement, qu’en m’étant levé pour aller consulter un ouvrage, je passai derrière lui et vis qu’il prenait des notes sur une feuille verte du baccalauréat à partir des Verrines de Cicéron dans l’édition Budé.

Peu après il s’en alla et moi je quittai la salle vers onze heures et demie, j’enfourchai mon vélo, dévalai à l’Isle où je retrouvais l’ami Rambert à l’auberge Dongier où nous prenions pension tous les deux. Tout en mâchant Rambert me disait qu’il avait surveillé une vingtaine de candidats et, parmi eux, trois perles de filles « belles comme le jour ». Il avait rêvé qu’une comète heurtait le Collège Benoit, emportait juste un coin de la salle et le faisait retomber, avec les trois filles, dans une île de l’Océan Pacifique où les oiseaux se posaient sur votre épaule et où les cocotiers étaient tout chargés de fruits, il n’y avait qu’à secouer et ramasser… La belle vie !

« J’ai commencé un poème là-dessus, dit-il. Elles, malheureuses, elles séchaient sur leur version latine, un texte de Cicéron à propos des rapines de Verrès.

 Quand on parle de rapines : tu as dérobé ton compte de papiers de couleurs ? »

Rambert me montra l’épaisseur de deux doigts et continua :

« Ce que je ne t’ai pas dit, j’avais en face de moi un candidat noir, un homme de trente ans, né à Haïti, je l’ai vu sur sa carte d’identité. Au début il travaillait comme les autres ; après, il est resté bras croisés devant son texte, comme une statue de marbre… Et puis, soudain, en partant de quelques notes sur son brouillon, il a préparé une traduction qu’il a achevée en un quart d’heure, et il a été le premier à s’en aller. J’ai regardé sa copie, à vue de nez pas une faute. Mais ceci je te l’ai gardé pour la fin : il a un nom, ah, quel beau nom des Antilles ! il y a de quoi se régaler…

- Bijou Monchéri, interrompis-je.

- Mais, comment le sais-tu ? »

J’expliquai que le même personnage, une fois l’épreuve terminée, était monté à Carpentras pour vérifier à la bibliothèque s’il avait bien compris, et par hasard, son nom sur la fiche avait attiré mon regard.

Tout cela en serait resté là si, au milieu de la nuit, m’étant réveillé et me repassant les événements de la journée, une idée ne m’était pas venue à l’esprit : j’étais arrivé à peu près vers les neuf heures, et l’autre ce n’est guère après qu’il était entré… Pas possible de supposer que, la copie remise, il venait de quitter le collège Benoit, d’autant plus qu’il y a quand même dix-sept kilomètres. Et puis, le règlement interdit de laisser sortir les candidats avant les deux-tiers de l’épreuve ! Du coup je n’arrivai plus à reprendre le sommeil.

Au déjeuner, quand j’en parlais à Rambert, il m’assura qu’il avait observé le règlement et que le Noir n’avait pas quitté la salle, même pour aller aux toilettes, avant dix heures sonnantes, et Rambert était tellement un maniaque des instructions administratives qu’il l’avait fait attendre cinq minutes avant de lui permettre de partir.

Je commençais par imaginer une histoire extraordinaire de tricherie organisée par des frères jumeaux, mais cela ne tenait pas debout, Rambert ne me prenait pas au sérieux.

« Je te redis qu’il n’a pas quitté la salle ; le frère jumeau, s’il existe, n’a pas pu se substituer à lui ; ta mémoire te joue un mauvais tour, tu crois l’avoir vu à neuf heures, c’est bien plus tard que tu l’as rencontré à Carpentras, c’est impossible autrement. Tiens, écoute plutôt… »

Rambert déplia une feuille et lut :

« Échappé d’une chevelure de comète

Je me mirais sur la plage sableuse

Dans les yeux de trois vierges nues

Dont les cheveux, barreaux d’une tendre prison

Avaient un goût de sel… »

Je n’écoutais pas, et comme, perturbé, je le pressais, Rambert, qui devait déjà aller au collège, plia son papier et me dit pour plaisanter :

« Haïti est le pays du dieu vaudou, c’est une histoire de sorcellerie. Va à l’Inguimertine, ce matin c’est la version grecque, tu verras si notre homme vient y faire un tour, et n’oublie pas de noter l’heure. »

Eh bien, à neuf heures, en même temps que moi entra Bijou Monchéri, je vérifiai encore son nom sur la fiche, d’un coup d’œil oblique. On lui apporta son livre, dont la couverture fauve indiquait un Budé, collection grecque… Comme la veille il s’assit près de mon coin, prit des notes sur une feuille verte. Moi, m’étant ensuite levé, je lui passai derrière, m’assurai, en le frôlant à l’épaule, qu’il existait vraiment, non que je crusse rencontrer le vide, mais je pensai faire rire Rambert, en le lui racontant au dîner. Je constatai que l’autre s’intéressait au Discours sur la Couronne de Démosthène d’où était tiré – je le sus à midi – le sujet de grec.

Il se trouva qu’à l’auberge Dongier nous avions à notre table Jacques Duclos, chasseur, pêcheur de Sorgue et braconnier, personnage pittoresque avec qui nous ne parlions tous les trois que provençal. Duclos s’était intéressé à notre histoire ; comme il était cultivé, il connaissait le culte du Vaudou, il avait même lu, il ne savait où, qu’à Haïti des sorciers étaient capables de bilocation : ils se trouvaient dans deux endroits à la fois. Mais nous ne voulions pas gober l’appât du fantastique, nous échafaudions des hypothèses absurdes que nous réfutions avant de les avoir menées à terme, et, le vin aidant, nous nous échauffions et faisions dans la salle un tapage du diable qui faisait retourner les gens.

« Nous sommes devant un cas extraordinaire de fraude, s’exclama Rambert, ce n’est pas mon habitude de jouer au policier, mais je ne veux pas non plus passer pour un couillon. Demain, à l’épreuve de français, il faudra trouver un moyen sûr de savoir si c’est le même homme. »

Et nous élaborâmes un plan.

C’est ainsi que le lendemain, à Carpentras, je sus à neuf heures et quart qu’on avait donné une dissertation sur Racine, et à neuf heures et demie, en passant derrière Bijou Monchéri, je fis tomber, comme convenu, une goutte d’encre sur son épaule [ - les stylos de cette époque portaient un petit levier par lequel, en le redressant plus ou moins, on pouvait les faire cracher à volonté - ]. J’ajouterai, pour m’ôter les scrupules, que son blouson était tellement crasseux que la tache ne lui faisait qu’un ornement de plus.

Cette fois-là, il resta longtemps : c’est que pour préparer une dissertation cela ne va pas aussi vite que pour consulter une traduction. Dès que je devinai qu’il était sur le point de partir, je rangeai bien vite mes affaires et quittai la salle sur ses pas. Mais qu’arriva-t-il ensuite dès qu’il eut franchi le seuil ? Il échappa à mon regard le temps d’un éclair quand la porte se fut fermée toute seule. Je sortis, il n’y était plus ! Je dévalai l’escalier, retrouvai mon vélo et roulai à toutes pédales. J’entrai au Lycée Benoit quand c’était midi. Je croisai dans les couloirs les derniers candidats qui restaient ; lui, bien tranquille, finissait de remplir sa copie devant le bureau du maître. Rambert, dès qu’il me vit, se leva et s’approcha de moi, pâle comme du plâtre.

« Elle y est, la tache… Je ne l’ai pas quitté des yeux, et à l’heure dite, la tache d’encre s’est formée sur son épaule à partir de rien… Heureusement que demain je ne suis pas de surveillance, parce que je n’aurais pas supporté de l’avoir dans la salle un jour de plus.

- Et alors, que faut-il faire ? Le laisser continuer ? Il y a eu un sujet sur Racine, n’est-ce pas ? À la bibliothèque il a travaillé deux heures dessus. Écoute, n’as-tu pas dit que tu ne voulais pas passer pour un couillon ? Alors montrons-lui que nous nous sommes aperçus de quelque chose, et puis, par curiosité, nous lui demanderons qu’il nous explique…

- D’accord, mais sans le brusquer, parce qu’avec ce genre d’homme… »

Alors que nous parlions, le sorcier vaudou – je ne vois pas d’autre nom pour le désigner – se leva de son siège, déposa sa copie sur le bureau et traversa la salle. Il allait nous passer devant sans faire plus d’attention à nous que si nous étions des souches d’arbre.

« Suis-le, toi qui n’es pas de service.

- Non, il faut rester ensemble. »

Je lui fermai la porte au nez.

« Excusez-nous, monsieur, mais nous voulions vous poser une question. »

Il s’arrêta et resta debout, les yeux baissés. Il n’avait pas cillé.

« Voici, continuai-je d’une voix mal assurée, avez-vous un frère jumeau ? »

Il fit non de la tête.

« Alors qui était celui qui vous ressemblait tant, ce matin à la bibliothèque de Carpentras, qui consultait les œuvres de Racine, comme hier il s’intéressait à Démosthène, la veille à Cicéron, et demain, je suppose, il feuillettera un livre de géométrie ? »

Mais lui, avec son accent de Noir, qui détachait les voyelles en mangeant les consonnes :

« Ne vous donnez pas tant de peine, c’était bien moi, et j’y serai demain. »

Les deux derniers candidats se levèrent en même temps pour déposer leurs copies, sans se soucier de notre discussion qui s’était menée à voix basse. Rambert reprit :

« Tout cela va bien, c’est vous que mon confrère a vu, mais c’est votre frère jumeau qui a commencé l’épreuve, et vous vous êtes substitué à lui… »

Mais sa voix s’étrangla : Rambert savait aussi bien que moi que cette explication n’avait pas une once de bon sens, mais quand on n’est pas habitué aux causes surnaturelles, plutôt que de les accepter telles quelles, on se paye toujours de raisons vides de sens.

L’autre haussa les épaules.

« Laissez-moi m’en aller, fit-il, vous ne pouvez rien contre moi. »

Je vis Rambert livide, qui mollissait. Moi-même j’étais disposé à m’écarter pour que s’éloigne cet être démoniaque, quand j’eus l’idée de lui dire :

« Vous avez laissé une preuve contre vous : la fiche que vous n’avez pas craint de remplir à votre nom.

- Je le sais, et je l’ai fait exprès pour me moquer des gens. C’est ainsi que je vais décrocher non seulement mon baccalauréat, mais mon P.C.B. et mes années de médecine. »

Nous devions paraître tellement abasourdis qu’il éclata de rire, puis alluma une cigarette.

« Allons, dit-il, je vous attends devant le portail, je vous expliquerai… »

À ces mots notre malaise s’apaisa un peu, et cinq minutes après, Rambert ayant remis ses copies, nous cheminions le long de la Sorgue et de ses moulins à eau couverts de mousse. Monchéri nous disait que dans sa famille ils étaient « galipotes » de père en fils, cela désignait une espèce de sorcier du pays vaudou. Les « galipotes » avaient le pouvoir de se trouver dans deux endroits à la fois.

Il était venu en France pour soigner ses compatriotes d’après les pratiques de sa tradition ; il leur enlevait le mal en les touchant avec un épi de maïs – bien entendu, il fallait qu’ils y ajoutent foi – mais la médecine officielle lui faisait des ennuis, alors pour continuer ses bienfaits et faire taire les braillards de l’ordre des médecins, il avait compris qu’il devait obtenir des diplômes universitaires… Il se présentait donc aux examens. Il avait étudié juste ce qu’il fallait pour se débrouiller en consultant les livres (il nous le dit cependant en latin : pour être « doctus cum libro » !) Et, pour ce qui est d’avoir laissé son nom sur une fiche à la bibliothèque à l’heure où il composait au lycée, eh bien, cela faisait partie d’une expérience qui l’amusait : il ne prenait aucune précaution.

« Vous êtes tellement fanfarons, ici en France, qu’aucun fonctionnaire, surtout de l’Éducation nationale, accepterait de porter une accusation de sorcellerie. Voyons, imaginez un peu, supposons que vous fassiez à votre directeur, réputé pour être un homme terrible, un rapport qui monterait jusqu’au Recteur, pour dire qu’un candidat au baccalauréat a pratiqué la bilocation ! Aïe, aïe, aïe pour votre carrière ! Pour vingt ans au moins, avancement foutu !... Allons, je vous quitte… Gardez votre rationalisme si cela vous rassure, mais je vous laisse quand même ma carte, au cas où vous seriez malades, d’une de ces maladies qui laissent sans voix la médecine, avant de vous livrer aux hôpitaux où messieurs les docteurs prolongent les agonies à l’aide de tuyaux en plastique, eh bien, pensez au « galipote » ; pour l’instant je demeure à Velleron, le pays des nie-Dieu, où ils ne croient pas aux miracles, là je suis tranquille ! L’année prochaine je serai installé à Marseille et, dans le milieu haïtien, on saura toujours vous dire où j’habite. »

Avant de nous donner sa carte, il fit dessus un dessin bizarre qui, aussi bien, pouvait être sa signature, et nous planta là, pétrifiés.

À l’auberge Dongier où nous vidions une bouteille de Châteauneuf pour nous remonter, il n’y avait que l’ami Duclos, homme de la nature, pour ne pas trop s’étonner. Romain Rambert, ce jour-là, en avait oublié de dérober ses feuilles de couleur, mais c’est à compter de là que nous commençâmes, l’un et l’autre, à nous intéresser au monde de l’étrange.

 

Jean-Pierre TENNEVIN, « Lou galipote » in Le Rêve et autres nouvelles, 2003.

© Cercle Latin de Provence 2016

  • Google+ Clean
  • Twitter Clean
  • facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now