Miralia

 

Provinciae cano virginem.

Juvenalem per amorem,

Frumenti per agros, in camp(um) usqu(e) ad mare,

Discipulus magn(i) Homeri,

Illam sequar. Ut erat ei

Sol(a) origo modic(i) arvi,

Extr(a) aridum campum quis audit dicere ?

In fronte cum fulgor solus

Esset juventutis, cum aureus

Torquis nullus esset ne vestes Syricae,

Eam volo laude tolli

Ut reginas et foveri

Lingua nostra jacent(i) humi,

Nam id vobis cano, pastoribus villae.[...]

Miralia non sedecennis…

O clivi Fontis Veteris,

Et Baucorum colles, et tu, camp(e) aride,

Nullam vidistis tam bellam !

Sol genuit rosul(am) illam ;

Candid(am) ejus et novellam

In genis faciem pungebant lacunae.

Ocul(i) erant sicut rores

Qui levabant maestos omnes ;

Splendebant dulcius et purius stella ;

Ei micabant crines torti

Longe sicut atr(i) anuli ;

Ejus sinus rotundati

Erant ut persica duo non matura.[…]

Mireille

 

Je chante une jeune fille de Provence.

Dans les amours de sa jeunesse,

À travers la Crau, vers la mer, dans les blés,

Humble élève du grand Homère,

Je veux la suivre. Comme elle était

Seulement une fille de la glèbe,

En-dehors de la Crau il s’en est peu parlé.

 

Bien que son front ne brillât

 Que de jeunesse, bien qu’elle n’eût

Ni diadème d’or ni manteau de Damas,

Je veux qu’en gloire elle soit élevéeComme une reine, et caressée

Par notre langue méprisée,

Car nous ne chantons que pour vous, ô pâtres et habitants des mas ![…]

 

Mireille était dans ses quinze ans…

Côte bleue de Fontvieille,

Et vous, collines des Baux, et vous, plaines de la Crau,

Vous n’en avez plus vu de si belle !

Le gai soleil l’avait éclose ;

Et frais, ingénu,

Son visage, à fleur de joues, avait deux fossettes.

Et son regard était une rosée

Qui dissipait toute douleur…

Des étoiles moins doux est le rayon et moins pur ;

Il lui brillait de noires tresses

Qui tout le long formaient des boucles

Et sa poitrine arrondie

Était une pêche double et pas encore bien mûre.

Mirèio

 

Canto uno chato de Prouvènço.  

Dins lis amour de sa jouvènço,   

A travès de la Crau, vers la mar, dins li blad,

Umble escoulan dóu grand Oumèro,   

Iéu la vole segui. Coume èro   

Rèn qu’uno chato de la terro,   

En foro de la Crau se n’es gaire parla.

Emai soun front noun lusiguèsse   

Que de jouinesso, emai n’aguèsse   

Ni diadèmo d’or ni mantèu de Damas,

Vole qu’en glòri fugue aussado   

Coume uno rèino, e caressado 

Pèr nostro lengo mespresado, 

Car cantan que pèr vautre, o pastre et gènt di mas !

Dins si quinge an èro Mirèio…   

Coustiero bluio de Font-vièio,   

E vous, colo baussenco, e vous, plano de Crau,

N’avès pu vist de tant poulido !   

Lou gai soulèu l’avié’spelido ;   

E nouveleto, afrescoulido,      

Sa caro, à flour de gauto, avié dous pichot trau.

E soun regard èro uno eigagno 

Qu’esvalissié touto magagno…   

Dis estello mens dous es lou rai, e mens pur ;

Ié negrejavo de trenello  

Que tout-de-long fasien d’anello ;   

E sa peitrino redounello   

Èro un pessègue double e panca bèn madur.

Frédéric MISTRAL (1830 – 1914), Mirèio / Mireille, I, v. 1 à 14, v.162 à 175.

(Frédéric Mistral conditor est provincialis modernae poesis : ductus medievali provinciali poesi et quoque illius aetatis litterarum, revocavit provincialem linguam tam operibus (quorum clarissimum est Mirèio) quam instituendo motu vocato « félibrige » qui sustineret et exornaret linguam majorum. F. Mistral abstulit Nobelii praemium anno 1904.)