Noctem siste

 

Noctem siste

Ambobus usqu(e) ad rerum finem,

Noctem siste,

Cordibus nostris, per cael(um) errantem.

 

M(e) amplectere

In pectore.

Cum veniet furens hora,

Amor magnus

Est manendus

Vitaqu(e) est obliteranda.

Noctem siste

Tecum videtur pulcherrima,

Noctem siste,

Amor mi, fiat aeterna.

Noli, quaeso, rogar(e) unde sim tam maestus,

Neve quidquam roges, non intellegeres :

Amorem inveniens paene sum adflictus,

Cum felicitate miscentur terrores.

 

Noctem siste

Ambobus usqu(e) ad rerum finem,

Noctem siste,

Cordibus nostris, per cael(um) errantem.

 

M(e) amplectere

In pectore,

Cum veniet furens hora,

Amor magnus

Est manendus

Vitaqu(e) est obliterata.

 

Ut sint corda

Laetissima,

Morar(e) horas et tempora

Rogo prece,

Sempiterne

Noctem siste.

Retiens la nuit

 

Retiens la nuit

Pour nous deux jusqu’à la fin du monde

Retiens la nuit

Pour nos cœurs dans sa course vagabonde.

 

Serre-moi fort

Contre ton corps,

Il faut qu’à l’heure des folies

Le grand amour raye le jour

Et nous fasse oublier la vie

Retiens la nuit,

Avec toi elle paraît si belle,

Retiens la nuit,

Mon amour qu’elle devienne éternelle ;

 

Ne me demande pas d’où me vient ma détresse,

Ne me demande rien tu ne comprendrais pas :

En découvrant l’amour je frôle la détresse,

En croyant au bonheur la peur entre en mes joies.

 

Retiens la nuit

Pour nous deux jusqu’à la fin du monde

Retiens la nuit

Pour nos cœurs dans sa course vagabonde.

 

Serre-moi fort

Contre ton corps,

Il faut qu’à l’heure des folies

Le grand amour raye le jour

Et nous fasse oublier la vie.

 

Pour le bonheur

De nos deux cœurs,

Arrête le temps et les heures,

Je t’en supplie,

A l’infini,

Retiens la nuit.