Quid si caelum vacaret

 
Tot obsequiae

Tot demissiones

Tot cucullae

Tot moti timores

Tot populi falsi

Templ(a) et aedes Dei

Tot manus pressae

Et preces sedulae

 
Tot aera

Ding

In caelo

Si praeterea

Ding

Est nemo

Paulus Rachid Elisabeth

Quid si caelum vacaret

 
Sunt tot stupores

Tot sedantes cantus

Contra dolores

In his carminibus

Sunt tot rogata

Tot res arcanae

Tot miseranda

Tot vibratae spathae

 
Tot aera

Ding

In caelo

Si praeterea

Ding

Est nemo

Aron hachem Inch’Allah

Hare Krishna Alleluiah

Paulus Rachid Elisabeth

Quid si caelum vacaret.

 
Num letales glandes

Et tel(a) in manibus

Ignarae mulieres

Pupi sine matribus

Illae vit(ae) eversae

Maest(i) oculi

Citarentur voluptate

Occidendi ?

 
Tot aera

Ding

In caelo

Si praeterea

Ding

Est nemo

 
Tot aera

Ding

In caelo

Si praeterea

Ding

Est nemo

« Et si en plus il y a personne…

 

Tant de processions

Tant de têtes inclinées

Tant de capuchons

Tant de peurs souhaitées

Tant de démagogues

De temples de synagogues

Tant de mains pressées

De prières empressées

 

Tant d’Angelus

Ding

Qui résonnent

Et si en  plus

Ding

Y a personne

Abderrhamane Martin David

Et si le ciel était vide

 

Il y a tant de torpeurs

De musiques an talgiques

Tant d’anti-douleurs

Dans ces jolis cantiques

Il y a tant de questions

Et tant de mystères

Tant de compassion

Et tant de revolvers

 

Tant d’Angelus

Ding

Qui résonnent

Et si en  plus

Ding

Y a personne

Aron hachem Inch’Allah

Hare Krishna Alleluiah

Abderrhamane Martin David

Et si le ciel était vide

 

Si toutes les balles traçantes

Toutes les armes de poing

Toutes les femmes ignorantes

Les enfants orphelins

Si ces vies qui chavirent

Ces yeux mouillés

Ce n’était que le vieux plaisir

De zigouiller

 

Tant d’Angelus

Ding

Qui résonnent

Et si en  plus

Ding

Y a personne

 

Tant d’Angelus

Ding

Qui résonnent

Et si en  plus

Ding

Y a personne

Alain SOUCHON (né en 1944), Chansons, 2005.

Alain Souchon unus clarissimus est inter cantitores novae cantionis francogallicas annorum 1970 est. In novo sermone incommoda juventutis atque vitia hujus aetatis canit.