Bien que la maladie d’Alzheimer soit considérée comme héréditaire et que l’on n’ait pas encore trouvé de traitement efficace à ce jour, on a pu déceler plusieurs manières de la prévenir si l’on s’y prend à temps. Un régime faible en graisses et cholestérol, apprendre à danser, faire des puzzles, des jeux qui font travailler la mémoire, c’est tout ce que l’on a trouvé pour le moment pour limiter les risques.

 

Quamquam morbus Alzheimer hereditarius habetur nec ullum medicamentum efficax  adhuc inventum est, nonnullae rationes  detectae sunt  ad eam praecavendam si modo tempori aggreditur , diaeta sine adipe et cholesterolo, puzzles facere, ludi qui memoriam exercent nec aliae rationes ad istum periculum vitandum adhuc inventae sunt

 

Mais depuis environ un an, on a découvert une autre manière, très efficace contre cette maladie: apprendre des langues!

 

Sed ante unum annum inventa est  alia ratio, adversus istum mordum  efficacissima: linguas peregrinas discere

 

Pourquoi ? Parce que l’étude d’autres langues étrangères permet au cerveau d’exécuter des processus complexes, ce qui renforce la musculature cérébrale et en même temps augmente la mémoire.

 

Cur ? Quia studium linguarum peregrinarum copiam dat cerebro  processûs  complexos efficiendi : cerebralem musculaturam corroborando et eodem tempore memoriam augendo

 

Plus une personne  maîtrise des langues, moins elle a de probabilités de souffrir de la maladie d’Alzheimer, ou même d’avoir des pertes de mémoire à un âge avancé.

 

Eo plures linguas quis callebit quo minus morbum Alzheimer et aetate provectâ memoriam evanescentem  saltem patietur

 

Selon les experts, ce n’est pas tant la grammaire ou la prononciation qui est importante. Ce qui compte, c’est que la personne soit capable de manier et de penser en deux langues en même temps sans aucun problème. C’est ainsi que le cerveau se renforce, et ne peut se détériorer aussi facilement.

 

Secundum peritos, non tam agitur de grammaticâ aut de pronuntiatione. Momenti enim est ut aliquis  ambas linguas eodem tempore expedite adhibere et in eis putare possit

Sic cerebrum firmatur nec potest damna facile accipere

 

Un cerveau entretenu est un cerveau fort !

 

Cerebrum exercitatum est cerebrum robustum.

 

La langue latine nous est proche d’un côté  parce que 80 pour cent de notre vocabulaire est originaire de mots latins , d’un autre côté elle est difficile parce sa grammaire est très différente de la nôtre et fournit ainsi un remarquable exercice cérébral ;  de plus parler latin est un projet récent et peut-être surprenant qui non seulement exerce le cerveau au plus haut point mais augmente aussi l’intelligence en proposant à la réflexion toute la sagesse des auteurs qui pendant 20 siècles ont écrit leurs idées en latin

 

Lingua latina partim propinqua nobis est quia 80 centesimae nostri vocabularii oriundae sunt ex vocabulis latinis, partim difficilis est quia grammatica ejus valde differt a nostrâ et hac de causâ  optimam exercitationem cerebro praebet ;  latine loqui praeterea propositum novum et fortasse insolitum est quod  summo modo non solum  cerebrum  exercet sed etiam intelligentiam auget cogitationi proponendo omnem sapientiam auctorum qui per 20 saecula sententias suas morales et philosophicas  latine scripserunt